Friendster collectionne les brevets autour des réseaux sociaux

Par 10 décembre 2008

Le site ajoute un nouvel actif à son portefeuille de licences relatives au réseautage en ligne. Pourrait-t-il attaquer des concurrents au simple motif qu'ils suivent une idée dont il revendique la paternité ?

La plate-forme communautaire Friendster ne cesse de déposer des licences. Elle vient d'annoncer que l'USPTO lui avait reconnu la paternité d'une méthode de calcul du taux d'affinité entre deux membres d'un réseau social à partir de leurs centres d'intérêt déclarés. Avec ce brevet intitulé "Compatibility Scoring of Users in a Social Network", Friendster en est à son quatrième depuis 2006. Etonnant ? Pas vraiment. "Les Etats-Unis sont très permissifs en matière de brevets logiciels. Au contraire de l'Europe, il est possible d'y faire certifier de simples idées, lesquelles ne sont même pas toujours très originales", rappelle Sylvie Rosenfeld, co-responsable du site legalis.net. En l'occurrence, il est difficile de déceler les intentions précises de Friendster et leur légitimité.
Etats-Unis très permissifs
Le plus vieux des sites communautaires souhaite-t-il simplement protéger des logiciels qu'il a été le premier à mettre en œuvre ? Ou va-t-il se mettre à participer à ce qui est devenu un business modèle, à savoir le "patent troll" ? "Cette pratique extrêmement juteuse aux Etats-Unis mais qui ne créé aucune valeur consiste à utiliser la concession de licence et le litige de brevet comme principal business modèle". Chez Friendster, on se déclare en tout cas prêt à faire protéger ses droits. Est-ce à dire que Friendster pourrait par exemple un jour faire un procès à Facebook ? On en est pas encore là. "De toute façon, ce n'est pas parce qu'un brevet est déposé qu'il est nécessairement valable aux yeux de la justice. Celle-ci peut considérer qu'il est nul si trop généraliste."
"Patent Troll"
Outre le fait qu'ils constituent des leviers de menace, certains brevets sont enfin utilisés à des fins purement marketing et commerciales."Le fait de se présenter comme l'inventeur d'une idée ou d'une technologie peut aider à trouver des investisseurs mais aussi à séduire les utilisateurs". Le premier brevet déposé par Friendster décrivait le principe même de réseau social (1). Le second précisait le processus d'enrichissement du profil d'un membre avec des vidéos, des photos, de la musique etc (2). Le troisième concernait enfinla gestion par un membre de son réseau de connexions, par exemple en distinguant ses "amis" et ses "contacts" (3).
(1) "A System, Method and Apparatus for Connecting Users in an Online Computer System Based on their Relationships within Social Networks"
(2) "Method of Inducing Content Uploads in a Social Network"
(3) "System and Method for Managing Connections in an Online Social network"

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas