Fusions-acquisitions : déclin de la valeur mais positionnement plus stratégique

Par 18 février 2013
Acquisition

La valeur des transactions réalisées lors du quatrième semestre 2012 a baissé de 4% en comparaison du quatrième semestre 2011. Mais le cloud et le Saas, eux, gardent le cap.

Un rapport de Ernst & Young relève une baisse mondiale de 35% de la valeur totale des fusions et acquisitions dans le secteur technologique en 2012. Cette dernière, qui s’élevait à 175,7 milliards de dollars en 2011, n’a atteint que 114,1 milliards de dollars en 2012. La transaction la plus importante réalisée en 2012 n’aurait été classée que cinquième en 2011, et seulement deux des transactions de 2012 n’auraient pu apparaître dans le top 10 de 2011. L’hésitation des entreprises à s’engager dans de grandes transactions liées à la technologie est notamment due à l’environnement macroéconomique incertain que l’on connaît actuellement, contexte qui augmente les risques, en particulier ceux d’une évaluation erronée de la valeur. Le déclin de la valeur de ces transactions est autant observable dans le secteur privé que le secteur public.

Cloud et SaaS : grandes tendances de 2012

Ainsi, 15% du volume mondial des fusions et acquisitions réalisées en 2012 dans le secteur technologique a concerné des entreprises traitant le cloud et le SaaS. Ce sont notamment les entreprises n’appartenant pas au secteur technologique qui ont réalisé ces transactions. Elles ont ainsi représenté 10% de la valeur annuelle et 12% du volume. Les entreprises non technologiques se sont tournées vers ce type d’entreprises afin d’accélérer leur adaptation à l’innovation que la technologie permet dans de nombreuses industries. En plus du cloud et du SaaS, de nombreuses acquisitions ont été réalisées avec des entreprises traitant l’analyse de données, la mobilité, les réseaux sociaux, la publicité et marketing, la sécurité, le paiement en ligne et sur mobile et la santé. Pour ces secteurs, le nombre de transactions a été plus important en 2012 qu’en 2011.

Des acquisitions plus stratégiques

Quant au volume des transactions, il est resté relativement stable, contrairement au fort déclin de sa valeur. En effet, les entreprises ont privilégié l’innovation et préféré investir dans des petites affaires plus stratégiques, suivant les grandes tendances technologiques du moment comme le cloud computing, les réseaux sociaux ou encore l’analyse de données. Des différences sont notables selon les zones géographiques : les USA restent les pionniers dans les transactions liées au cloud et au big-data. Ils ont ainsi réalisé 92% des transactions totales de ces technologies en 2012. L'Asie Pacifique et le Japon se sont davantage tournés vers la vidéo en ligne et sur mobile, ainsi que les jeux vidéo. Pour finir, les transactions dans la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique ont été concentrées sur la mobilité intelligente et les réseaux sociaux. Ernst & Young prévoit encore une baisse de valeur pour le premier trimestre 2013 mais un volume de transactions relativement stables par rapport à 2012, avec une possible croissance vers la deuxième moitié de l’année.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas