Le futur du câble pourrait passer par la fibre optique

Par 19 juin 2008

DOCSIS 3.0 repousse les limites du câble, mais cela ne ralentira pas la généralisation de la fibre optique. Les câblo-opérateurs peuvent faire le pas dès à présent sans trop impacter leurs abonnés.

La pression est intense pour les câblo-opérateurs. Ils se doivent de fournir des services tels que vidéo à la demande ou l'accès Internet à très haut débit, et font face à la rude concurrence des opérateurs de réseaux tout-optique. Leurs réseaux ont encore une certaine marge d’évolution grâce à l’arrivée de la dernière génération - en l'occurrence la troisième - d'une spécification. Baptisée DOCSIS (Data Over Cable Service Interface Spécification), elle définit les interfaces de communication nécessaires pour transmettre des données sur câble. Elle doit devenir une réalité cette année chez certains câblo-opérateurs qui disposent de l’infrastructure hybride requise (HFC, Hybrid Fiber Coaxial). En utilisant plusieurs canaux simultanément, cette norme permettra d’atteindre un minimum de 150 Mbit/s descendants (200 pour la version européenne EuroDOCSIS) et 100 Mbit/s montants.
Migrer vers une infrastructure en fibre optique, sans impact pour les abonnés
Ce sont des minimums, car ces débits correspondent à l’utilisation de quatre canaux, alors qu’on pourra également en utiliser huit. Cependant, DOCSIS 3.0 pourrait n’apporter qu’un sursis face aux 622Mbit/s descendants et 155 Mbits/s montants d’un réseau optique desservant directement les habitations (FTTH, Fiber To The Home), débits de surcroît partagés par un maximum de trente deux abonnés quand un nœud DOCSIS en dessert typiquement bien plus. En conséquence, pour de nombreux câblo-opérateurs, passer à un réseau en fibre optique semble, à terme, inévitable. Plusieurs équipementiers réseaux leur proposent de faire le pas dès à présent, tout en leur évitant de gérer deux infrastructures séparées. L’idée consiste à déployer une infrastructure 100 % fibre optique qui serve à délivrer de nouveaux services à très haut débit.
Multiplication des solutions chez les constructeurs
Mais aussi à transporter le signal DOCSIS pour assurer la continuité des services câblés traditionnels, sans changer les équipements chez les abonnés. Tellabs vient ainsi d’annoncer la disponibilité de la technologie RFoG (Radio Frequency over Glass) sur l’une de ses plates-formes multiservice - ces matériels qui permettent aux opérateurs de déployer des technologies variées vers les clients, autour d’un cœur de réseau unique. Arris et Alloptic poussent également le RFoG. Les acronymes peuvent varier, tout en désignant un concept similaire. La semaine dernière, Salira a annoncé sa solution DePON (DOCSIS over Ethernet Passive Optical Network). Motorola parle de Cable PON. Cisco, lui, a dévoilé l’année dernière, au travers de sa filiale Scientific Atlanta, sa technologie D-PON (DOCSIS Passive Optical Network), qui est basée sur le principe de l’émulation.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas