"Quel futur pour l'Internet mobile ?" : La vision éclairée de Daniel Erasmus.

Par 21 avril 2005
Mots-clés : Smart city, Europe

C'est une riche session de Capital IT à laquelle il nous a été donné d'assister les 12 et 13 avril à Paris. Brillamment introduite par l'enseignant et chercheur Daniel Erasmus, qui s'est plié de bonne grâce au...

C'est une riche session de Capital IT à laquelle il nous a été donné d'assister les 12 et 13 avril à Paris. Brillamment introduite par l'enseignant et chercheur Daniel Erasmus, qui s'est plié de bonne grâce au difficile exercice de la prospective appliqué à l'Internet mobile.
Chercheur et enseignant à la Rotterdam School of Mangement, Daniel Erasmus (www.danielerasmus.com) est connu pour ses travaux sur la stratégie Internet et les scénarios de développement de cette technologie. Il est aussi co-fondateur de la Digital Thinking Network ( www.dtn.net ).
Daniel Erasmus dresse d'abord un portrait de l'Internet mobile en 2005 qui mérite que l'on s'y arrête. Car qui aurait pu prédire il y a quelques années l'explosion du phénomène WiFi, les délais importants sur le déploiement de la 3G ou la bulle Internet. L'exercice de prévision s'avère donc particulièrement délicat, et nécessite une analyse fine du point de départ de construction des différents scénarii pour l'avenir. Plusieurs tendances caractérisent l'année 2005 :
- Baisse des coûts d'accès à l'Internet, notamment à haut débit,
- Implémentation de technologies de rupture , comme la 3G, la VoIP… qui obligent les opérateurs à remettre en cause leurs business models
- Déploiement du WiFi et arrivée du WiMax , qui étend encore les possibilités d'accéder partout à Internet, avec l'importante question de savoir si ces différentes technologies vont fonctionner ensemble et « sans couture » pour l'utilisateur, ou au contraire continuer à se développer sur le modèle « d'îlots isolés ».
- L'intelligence est en train de quitter le réseau pour entrer dans les appareils mobiles, grâce au protocole TCP/IP qui se généralise.
- Tout cela étant rendu possible grâce à des réseaux de plus en plus ouverts .
L'ensemble de ces éléments prépare la deuxième vague Internet . Et cette deuxième vague se caractérise notamment pour un changement en cours des usages. Daniel Erasmus illustre son propos de trois exemples forts :
Le développement des Wiki , et notamment de l'emblématique encyclopédie collaborative en ligne wikipedia ( www.wikipedia.org ). Créée il y a seulement 3 ans, elle est disponible dans 178 langues et est basée sur une technologie complètement open source. Elle est aujourd'hui plus riche que l'Encyclopedia britannica. Un exemple qui illustre que c'est la production et la diffusion de la connaissance qui est en train de changer en profondeur dans cette deuxième vague Internet.
L'avènement des blogs comme mode de communication. La popularité du phénomène chez les jeunes conduit irrémédiablement ce médium au succès.
La vidéo , comme medium totalement intégré à l'Internet. Avec des caméras numériques de moins en moins chères, des logiciels de montage aux qualités professionnelles pour moins de 300 euros, le déploiement du vidéo blogging : c'est à la télévision d'être ingérée par Internet….
Le tout se développe en parallèle de l'Open source .
Décidément, cette deuxième vague de l'Internet qui a déjà commencé s'annonce prometteuse.
Et l'Internet Mobile dans tout cela ? Son développement est inéluctable mais bien des questions demeurent. L'une des plus importantes conditionnera l'émergence et le succès des différents acteurs : fournisseurs de matériels, opérateurs, créateurs et vendeurs de contenus. En effet, le modèle de demain sera-t-il orienté vers la capacité à télécharger des données et à les stocker ?
C'est le modèle de l'iPod , qui avec son disque dur de plusieurs Gigas (jusqu'à 60 aujourd'hui) permet de transporter toute sa musique, ses photos…C'est aussi le succès des clés USB. Et nos différents PDA et téléphones mobiles disposent de plus en plus de capacité de mémoire. Mais l'autre modèle qui se dessine est celui de l'accès. Quel besoin de stocker toutes ses données si les appareils nomades ne nous permettent pas d'y accéder facilement et n'importe où ? Selon le succès de l'un ou l'autre de ses modèles, ce sont des acteurs et des stratégies très différentes qui apparaissent. C'est tout l'enjeu des années à venir selon Daniel Erasmus.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas