Les futurs virtuoses se recrutent par téléprésence

Par 19 novembre 2008

Un orchestre londonien a organisé des auditions de musiciens grâce à un système de visio-conférence élaboré par BT et Cisco. Une preuve supplémentaire des nombreuses applications possibles de cette technologie.

Les dispositifs de visioconférence haut de gamme, autrement appelés systèmes de téléprésence, sont surtout répandus dans le monde de l'entreprise, et plus particulièrement parmi leurs dirigeants. Les fournisseurs de tels systèmes cherchent cependant à en diversifier les applications. A cette fin, l'opérateur BT et l'équipementier Cisco ont convaincu un orchestre anglais, la SouthBank Sinfonia (SbS), de procéder à l'audition de cent quarante musiciens du monde entier par téléconférence. Des candidats de Glasgow, Madrid, New York et Auckland ont ainsi pu être entendus par le jury sans qu'ils aient besoin de quitter leur ville.  "Les écrans prévus à cette occasion étant très grands (plus d'un mètre cinquante de largeur), les images des participants nous sont apparues grandeur nature comme s'ils étaient dans la même pièce que nous", explique à L'Atelier Clare Dodd, chef assistante de la formation londonienne. Un soin particulier avait évidemment été apporté à la qualité des transmissions audios.
Images grandeur nature
"Le feedback était excellent. A peine y avait-il un tout petit délai avec Auckland". Seul bémol : quelques petites distorsions sonores, par exemple quand un trompettiste soufflait tout près d'un micro ou qu'un autre candidat bougeait un peu trop dans la salle prévue à cet effet. Le son étant alors capté par plusieurs micros. "C'est pourquoi nous avions demandé aux personnes auditionnées de rester dans un coin de la pièce, dos au mur, afin que le son puisse rebondir sur les autres parois". Indépendamment de ces petites imperfections, la SouthBank Sinfonia se dit très satisfaite de l'opération. Celle-ci lui a en effet permis de découvrir des talents issus d'autres pays qui n'auraient sinon pas pu faire le déplacement jusqu'à Londres. "Un tel système permet en outre de faire des économies de déplacement et, par là même, de réduire les émissions de carbone", souligne le directeur musical de la SbS.
Economies d'énergie
La téléprésence serait-elle l'avenir du recrutement, notamment de musiciens ? Comme nous l'explique la direction de l'Orchestre de Paris, les auditions en chair et en os restent la priorité : "le problème n'est pas la qualité de l'image; de toute façon, les auditions dans les grandes formations se font à l'aveugle, derrière un paravent, pour ne favoriser personne. Mais le son ne sera quoi qu'il arrive jamais aussi bon qu'en vrai". Autre avantage du réel : il faut être sûr que la personne peut jouer de son mieux malgré le trac. Du côté de chez BT et Cisco, on pense quand même avoir atteint son objectif : "si la téléprésence est efficace dans le cas d'auditions musicales, où l'on est très exigeant sur la qualité du service, cela signifie qu'elle pourra à terme remplacer nombre de rencontres physiques", déclare Royston Hoggarth, le directeur de BT Global Services UK.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas