General Electric dévoile un nouveau nanotube de carbone

Par 08 juillet 2004
Mots-clés : Smart city

D’ici dix ans, les puces en silicium devraient atteindre leur taille minimale. Les spécialistes estiment que les nanotechnologies qui permettent aujourd’hui d’aller toujours plus loin dans la...

D’ici dix ans, les puces en silicium devraient atteindre leur taille minimale. Les spécialistes estiment que les nanotechnologies qui permettent aujourd’hui d’aller toujours plus loin dans la miniaturisation connaîtront des limites au niveau de la conception de semi-conducteurs : en dessous d’une certaine taille, les possibilités des composants se retrouveront altérées.

D’où un intérêt de plus en plus marqué pour les nanotubes, qui permettraient d’aller plus loin dans la miniaturisation des semi-conducteurs et pourraient devenir le standard futur dans l’équipement des appareils électroniques.

Nous n’en sommes pas là, mais l’industrie s’attache de plus en plus à mettre au point des composants à l’échelle du nanomètre. Des chercheurs de General Electric, par exemple, viennent de dévoiler au public un nanotube de carbone capable d’émettre et de détecter la lumière.

Pour les béotiens, il est sans doute bon de préciser que cette fonctionnalité devrait permettre l’éclairage de certains atomes et donc une application du nanotube mis au point par General Electric dans le domaine de la sécurité ou de la santé (détection de toxines infiniment petites par exemple).

(Atelier groupe BNP Paribas – 08/07/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas