Généraliser l'adoption du freemium est essentiel pour l'industrie des jeux mobiles

Par 22 février 2012 1 commentaire
Mots-clés : Smart city, Amériques
puzzle en forme de smartphone

Alors que les revenus générés par l'achat in-app sur les mobiles sont en forte croissance, seuls les joueurs accros rapportent vraiment. Pour généraliser ce modèle, les développeurs doivent disposer des bons outils sur les plates-formes mobiles.

 

Les revenus générés par l'achat in-app (fonctionnalités avancées payantes au sein d'une application gratuite) ont enregistré, ces dernières années, une énorme croissance et, comme le montre une récente enquête d'ABI, les achats in-app devraient dépasser les pay-per-download. Les revenus générés par les mobiles devraient passer de 8,5 milliards de dollars en 2011 à 46 milliards de dollars en 2016, sous la poussée, notamment, des achats in-app. Une tendance qui modifie la façon dont les développeurs rentabilisent les applications mobiles, passant d'un modèle premium à un modèle freemium qui a fait ses preuves. Pourtant, malgré cette croissance significative, les solutions d'achat in-app doivent surmonter des problèmes majeurs qui en empêchent la généralisation. Aujourd'hui, la majorité des achats in-app sont le fait des utilisateurs « baleines », et l'achat in-app ne décollera que si tous les acteurs de l'écosystème du jeu mobile adoptent le modèle freemium.

Le freemium ne peut pas grandir uniquement grâce aux utilisateurs "baleines"

Malgré une augmentation importante d'achats in-app, les revenus font apparaître une forte concentration au sein d'une petite communauté d'accros au jeu sur mobile. Les développeurs pour mobiles se sont focalisés sur ces joueurs intensifs, appelés « baleines », qui génèrent la plus grande partie de la valeur alors qu'ils ne représentent qu'une petite fraction des détenteurs de mobile. Comme on ne s'attend pas à une croissance significative de cette communauté, il faut encourager les développeurs à mettre en place des solutions d'achat in-app non seulement à l'intérieur des jeux mobiles mais également dans une grande variété d'applications. Mais, surtout, ils doivent viser un public plus large plutôt que de se concentrer sur une petite communauté déjà active. Cette généralisation des achats in-app entraînerait une croissance substantielle des revenus qu'ils génèrent. Cependant, certains acteurs rendent toujours l'adoption du freemium compliquée.

Mettre les bons outils entre les mains des développeurs, sur les plate-formes mobiles

Pour atteindre une audience plus large, les plates-formes mobiles doivent offrir aux développeurs des outils permettant d'implémenter ces solutions à très grande échelle. Google et son operating system Android sont considérés comme la principale brèche pour l'adoption de l'achat in-app. Mais l'entreprise de Mountain View n'a mis sa solution à disposition des développeurs sur l'Android Market qu'il y a quelques mois aux États-Unis, et en décembre 2011 seulement dans 17 autres pays. Android étant la première plate-forme mobile au monde, ce délai a empêché les développeurs d'intégrer ces solutions plus tôt, freinant ainsi la croissance des revenus d'achat in-app. Pour vraiment généraliser l'achat in-app, les plates-formes mobiles doivent proposer aux développeurs les solutions adaptées et en faciliter la mise en œuvre.

 

 

Haut de page

1 Commentaire

"Google et son operating system Android sont considérés comme la principale brèche pour l'adoption de l'achat in-app."
Je crois que c'est un choix stratégique de Google qui préfère développer le web mobile que les applications mobiles, pour la simple et bonne raison que la société pourra ainsi déplacer tous ses services web sur le mobile...

Soumis par Geoffroy (non vérifié) - le 22 février 2012 à 13h53

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas