La génération automatique de test au secours des recettes fonctionnelles

Par 30 avril 2008
Mots-clés : Smart city, Asie du Sud, Europe

Au cours de la conférence consacrée à ce pan important du développement, L'Atelier a fait intervenir Leirios, dont les solutions innovantes pallient un certain nombre de déficiences repérées dans les tests logiciels.

Pour dépoussiérer le test de logiciels, Leirios (*) a une solution. C'est Smart Testing. Celle-ci s’intègre dans les démarches d’industrialisation rendues nécessaires par la double pression qui s’exerce aujourd’hui sur les centres de tests. D'une part avec des contraintes nouvelles comme la maîtrise de la qualité et l’alignement métier du SI (i.e. gouvernance), ou les exigences de conformité réglementaires et de traçabilité. D’autre part avec une montée des risques pesant sur le logiciel, avec des développements faisant appel à de multiples partenaires et sous-traitants. Last, but not least, la complexité grandissante de la testabilité au fur et à mesure de l’intégration des web services (SOA) ou de progiciels. "Smart Testing se positionne entre l’analyse des besoins, qui assoit le pilotage par les exigences métiers et la gestion puis l’exécution des tests elles-mêmes", précise Bruno Legeard, directeur technique de Leirios. La suite comprend les outils Test Designer et Test Publisher. Ceux-ci sont capables de traiter un grand nombre de processus.
Intégration avec modélisation et automatisation
On peut citer l'analyse des spécifications et de modélisation UML. Mais si celle-ci est manuelle dans un premier cycle, elle peut être automatique lors des cycles suivants, lors des évolutions du logiciel testé. Elle s’appuie en particulier sur la définition des cas d’utilisation. Smart Testing permet à ce moment du processus de représenter les comportements à tester. Test Designer va ensuite générer des cas de tests, une matrice de couverture, l’ensemble alimentant le fameux référentiel. Puis, Test Publisher produira des scripts de tests et s’interfacera avec les robots d’exécution. Les résultats sont ensuite analysés. "Un des points forts de la suite Smart Testing est d’offrir des intégrations en amont avec les outils de modélisation UML et en aval avec les outils de gestion et d’automatisation des tests qui sont actuellement les standards du marché", rappelle le directeur technique.
Internalisation mais aussi externalisation
Cette complémentarité avec les outillages et bonnes pratiques existant au sein des DSI favorise ainsi l’adoption de ce nouveau processus de production des tests. Cerise sur le gâteau, cette solution convient aussi bien aux approches d’internalisation dans un objectif d’assistance aux architectes des tests, qu’aux approches d’externalisation. Dans tous les cas, le fait que le modèle de test soit développé en phase avec l’analyse des besoins est un gage de réactivité important et de productivité, puisque le ROI serait obtenu dès la deuxième exécution des tests, ce qui survient de plus en plus vite dans des schémas de forte réutilisation de l’existant logiciel. Par ailleurs, les changements fonctionnels sont plus facilement intégrés au niveau du référentiel de tests et la couverture des comportements applicatifs attendus rendue beaucoup plus exhaustive.
(*) Editeur français, fondé en 2003 à partir d’un essaimage du Laboratoire Informatique de France-Comté, qui fait partie du CNRS/INRA. Il emploie aujourd’hui 32 personnes, dispose de bureaux à Munich, Amsterdam et Bangalore. Enfin, il a remporté plusieurs récompenses pour sa solution Smart Testing, notamment le prix de l’innovation Oséo-Anvar.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas