La génération Z accule l'entreprise à l'adoption du Web 2.0

Par 04 juin 2009 1 commentaire

La pression des digital native - qui maîtrisent déjà parfaitement ces outils - fait se multiplier les réseaux sociaux, webcast et autres outils communautaires dans les entreprises.

Frost & Sullivan rappelait récemment que les cultures d'entreprises, particulièrement européennes, avaient tendance à encore freiner l'adoption des systèmes de communication 2.0. Pourtant, selon une étude de Watson Wyatt, ces derniers s'intègrent de plus en plus dans les habitudes de travail des entreprises. Une des raisons qui explique ce phénomène est l'arrivée sur le marché des "digital native" : une génération qui a grandi dans un environnement numérique et pour qui l'utilisation de ces outils est naturelle. "Le passage à ces outils connaît un succès qui va s'accentuer dans les cinq prochaines années".
Un développement qui va s'accélérer...
"Le particulier est devenu avant-gardiste dans la technologie en maîtrisant ces instruments avant qu'ils ne soient déployés en entreprise" explique à L'Atelier Florian Brobst responsable Développement Web pour le groupe l'Alsace. Et de préciser que "le Web 2.0 est mûr que ce soit en termes de technologie ou d'usage comme le prouve Facebook en Europe ou Twitter aux Etats-Unis". Selon lui,ce phénomène oblige l'entreprise à avoir deux positionnements. L'entreprise communicante tout d'abord, qui se sert des réseaux sociaux pour promouvoir sa marque, son image ou ses produits auprès des internautes. Ces derniers devenant des relais de la communication comme le fait Ford et humanisant la marque.
... malgré la crise
Autre possibilité : l'entreprise performante, qui se sert de ces outils pour moderniser son système d'information. Florian Brobst précise "que malgré le manque de meilleure pratique un marché important est en train de se former". Et ce malgré la crise car les entreprises sont conscientes que le Web 2.0 représente un levier de compétitivité important. Celles qui "n'investissent pas suffisamment risquent d'être supplantées" précise-t-il. L'étude montre toutefois que l'adoption de ces technologies est inscrite à la plupart des budgets informatiques des entreprises sondées. L'étude a porté sur plus de cent quatre vingt importantes entreprises.

Haut de page

1 Commentaire

Voir également à ce sujet une réflexion intéressante sur le site http://tinyurl.com/oyvwco qui décrit ce phénomène en le limitant géographiquement au Québec, mais en l'étendant aux terrains sociaux, d'éducation, et de consommation.
Bizarrement, la population considérée est nommée "génération C", mais il s'agit bien des mêmes (1,5 millions de québécois âgés de 10 à 24 ans en 2006)

Pour en revenir aux entreprises, et dans le domaine de l'organisation, une des difficultés (indépendamment de la maîtrise des outils par l'ensemble des collaborateurs) est bien la confrontation entre un modèle hiérarchisé classique (1 leader est défini à-priori et une fois pour toutes), et un modèle où 1 leader est reconnu comme tel le temps d'un projet.

Soumis par PE GARNIER (non vérifié) - le 05 juin 2009 à 13h51

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas