La géolocalisation pour évaluer les performances des sportifs

Par 18 mai 2012
sportif

Pour améliorer les performances physiques des joueurs de football, une solution est d'étudier les déplacements en utilisant des outils de géolocalisation.

 

Le GPS ne sert pas seulement à orienter les conducteurs de véhicules, il pourrait maintenant orienter les entraîneurs de grands sportifs dans leurs décisions. Voilà les conclusions d'un chercheur de l'Université du Pays Basque, le professeur David Casamichana, qui a consacré sa thèse à l'utilisation des données de géolocalisation dans un but d'amélioration des performances des sportifs. Celui-ci affirme en effet que « les GPS permettraient d'identifier et d'analyser les déplacements des joueurs de manière plus précise, plus fiable et donc plus efficace ». Et pour confirmer cette hypothèse, le chercheur a effectué ses tests auprès d'une équipe de football espagnole semi-professionnelle.
 
Accélération, distance et vitesse
 
Les joueurs ont ainsi été équipés d'un prototype de GPS élaboré par le département des activités physiques et des sciences du sport de l'Université du Pays Basque à la fois pour les entraînements et les matchs amicaux. Celui-ci, de part sa précision, a permis d'établir trois éléments importants pour les choix tactiques d'un entraîneur concernant les compétences des joueurs. En effet, le GPS a permis d'évaluer la vitesse d'accélération de ceux-ci, leur vitesse moyenne et maximum de course ou encore la distance couverte sur un match. Parmi les données provenant de ces tests, les chercheurs ont par exemple découvert que les défenseurs centraux et les avant-centre parcouraient moins de distance que les milieux de terrains. L'endurance n'est donc pas une priorité sur ces postes. Cela donne ainsi des bases aux entraîneurs pour établir quel emplacement serait le plus approprié pour chaque joueur, mais pas seulement.
 
De la précision pour une meilleure santé
 
L'évolution de la vitesse et de l'accélération au cours d'un match permettrait également à ceux-ci de déterminer la condition physique du joueur et son niveau de fatigue pour déterminer quand il est nécessaire d'effectuer des changements. A noter que le GPS utilisé pour l'étude, le MinimaxX v.4.0, a été choisi parmi les autres GPS possibles sur le marché car il offre la plus haute fréquence d'échantillonnage, soit 10 Hz. Selon David Casamichana « les versions précédentes permettaient seulement d'analyser une donnée par seconde ». Ce qui posait un réel problème lorsqu'un individu rapide effectuait un mouvement et revenait en arrière en moins d'une seconde. « Le GPS n'arrivait pas à comprendre qu'un mouvement avait été effectué et était donc moins précis à analyser » explique-t-il. 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas