La géolocalisation intervient aussi dans la régulation de sa vitesse

Par 22 octobre 2010
Mots-clés : Smart city, Europe
Cadran multicolore

Combiner système de reconnaissance des panneaux signalétiques et données cartographiques optimise les systèmes de régulation de vitesse automatiques.

Comment améliorer l'efficacité des systèmes d'aide à la conduite automatique (ou ADAS, pour Advance Driving Assistance System), notamment en ce qui concerne la régulation de la vitesse ? En combinant reconnaissance visuelle des panneaux signalétiques de limitation et données cartographiques. Partant de ce postulat, une équipe de chercheurs de l’École des Mines à Paris a conçu un système embarqué dans le véhicule et qui dans un premier temps filme en permanence la route, pour y détecter des panneaux de signalisation. Le dispositif parvient à repérer les panneaux circulaires qui limitent la vitesse, et à les déchiffrer.

Support au régulateur de vitesse

Mais pour éviter des erreurs potentielles, l’idée des scientifiques est de conforter les résultats de ces analyses en temps réel avec des informations géolocalisées qui contiennent des données relatives à la vitesse autorisée sur le tronçon de route où se trouve le véhicule. En procédant de cette façon, le système limite les dysfonctionnements possibles de l’une ou l’autre méthode. A terme, il pourra transmettre les informations à un système ACC - ou Adaptive Cruise Control - c’est-à-dire un régulateur automatique de vitesse. Point important, pour minimaliser un peu plus la marge d’erreur, une troisième précaution a été prise par les scientifiques.

Une troisième sécurité

Le système repère en effet également les lignes de la route, et le logiciel de calcul prend en considération ces données pour éviter des erreurs d’interprétation. Ainsi, dans le cas où les deux premiers dispositifs aboutissent à la même erreur, la troisième sécurité permet d’éviter tout incident. Les scientifiques ont testé leur système, et selon l’étude qu’ils publient, le taux de réussite du système avoisine les 90 % pour la reconnaissance des panneaux signalétiques et 80 % pour ce qu’il s’agit des lignes tracées sur la route.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas