La géolocalisation sécurise le trafic aux intersections routières

Par 11 juillet 2008

Pour éviter les accidents de la route qui ont lieu aux intersections et carrefours, Ford développe un GPS relié sans fil à ces différents points. Via ce système les chauffeurs sont avertis des incidents et guidés dans leur conduite.

Aux Etats-Unis 40 % des accidents de la route et 20 % des accidents mortels ont lieu à des intersections. Des chiffres prévus à la hausse avec l'augmentation du trafic routier en ville, puisque la U.S. National Intelligence Council prévoit que les deux tiers de la population mondiale vivront dans des métropoles, contre 50 % aujourd'hui. Face au danger du non respect des stops et autres feux rouges, le constructeur automobile Ford a développé un système inspiré des technologies de géolocalisation et des infrastructures sans-fil. Son dispositif permet d'avertir les véhicules équipés de GPS spéciaux de la situation du trafic aux intersections qu'ils doivent emprunter. Ford a déjà équipé plusieurs automobiles test. Le système fonctionne grâce à l'installation aux points de croisement de capteurs et caméras, qui repèrent les situations à risque (quand un chauffeur brûle un feu par exemple).
Alerte vidéo et sonore
Les informations sont alors transmises aux conducteurs. Ces données sont reçues sous forme d'une carte indiquant les zones dangereuses, les routes congestionnées, ou les points où un chauffard aura grillé une priorité. Les chauffeurs reçoivent par ailleurs des vidéos faisant état du trafic sur leur itinéraire. En cas de situation à risque, le système anti-collision de la voiture s'enclenche, et détermine si la voiture peut ou non traverser une intersection en toute sécurité. S'il détecte un danger et que pourtant le conducteur ne ralentit pas, alors une alarme sonore et visuelle se déclenche. "Cette technologie a le potentiel d'améliorer le système de navigation du véhicule en assurant sa sécurité", indique Joe Stinnett, ingénieur membre du projet chez Ford. "Le système détecte les risques et avertit le conducteur qui est distrait ou qui ne peut pas voir les obstacles sur sa route".
Une coopération entre public et privé
Pour être mené à bien, ce projet a par ailleurs besoin de la coopération des autorités publiques et locales, ne serait-ce que pour équiper les feux rouges de centres de contrôle. C'est pourquoi Ford s'est associé avec le gouvernement fédéral, et les commissions chargées de la sécurité routière locale dans ses villes test. Ce, au sein d'un projet baptisé Crash Avoidance Metrics Partnership (CAMP). L'objectif étant de déterminer des standards communs à plusieurs constructeurs : General Motors, Honda et Toyota sont d'ailleurs sur les rangs afin d'adopter le projet et d'embarquer le système dans leurs véhicules. "Plus il y aura de voitures équipées de ce système, plus les conducteurs auront d'informations sur le trafic", ajoute Mike Shulman, technicien chez Ford. "Ce qui permettra d'avoir en temps réel un véritable guide de circulation, qui assurera d'autant mieux la sécurité routière".

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas