La géolocalisation s'inscrit dans les usages des internautes américains

Par 05 novembre 2010
Terre

Les Américains connectés sont de plus en plus nombreux à utiliser des applications permettant de se localiser et de visualiser la position de ses proches. Cela, même d'un poste fixe.

Le chiffre est encore faible mais fait acte d'un usage en train de s'établir : aux Etats-Unis, 4 % des adultes connectés utilisent un service de géolocalisation comme FourSquare ou Gowalla, rapporte le Pew Internet Research. Cela pour partager leur localisation avec leurs contacts ou pour savoir où ces derniers se trouvent. Voilà pour le résultat global. Dans le détail, ce sont 7 % des adultes qui surfent sur le web depuis leur téléphone qui ont recours à ce type d'applications, contre 5 % de ceux qui le font depuis leur PC portable. Moins évident : ils sont malgré tout 2 % à utiliser ces services sans disposer de connexion avec leurs appareils mobiles voire depuis leur ordinateur de bureau. Le Pew rappelle ainsi l'existence de services comme Brightkite, qui permet de se localiser par SMS. Ou d'autres comme Google Latitude ou Dopplr, utilisables depuis un PC fixe. Enfin, certaines personnes souscrivent à ces services pour suivre la position de leurs proches sans y participer eux-mêmes.

Réseaux sociaux et localisation

Autre fait intéressant : la multiplication des applications, et l'intégration d'options de localisation à des sites préexistant comme Twitter et Facebook rend parfois difficile pour les utilisateurs d'indiquer avec précision la solution qu'ils utilisent pour se situer. En particulier depuis un mobile. Ils sont d'ailleurs plus de 10 % des personnes interrogées à ne pas savoir si leur téléphone contient ou non des applications de ce type. Selon le cabinet, la fréquentation de réseaux sociaux et plus particulièrement le fait de mettre à jour régulièrement son statut est partiellement corrélée à l'utilisation de solutions de localisation. Sur le quart des adultes connectés interrogés qui dispose d'un compte Twitter pour publier des statuts et consulter ceux de ses abonnés, 10 % sont adeptes de localisation. Pour rappel, la mise à jour de son statut d'ailleurs en pleine expansion : un quart des internautes interrogés le fait fréquemment, contre 6 % l'an passé.

La génération Y plus adepte

En ce qui concerne le type de public concerné, ce sont les 18-29 ans qui se montrent les plus friands de géolocalisation : 8 % de cette tranche d'âge en est amatrice, contre 4 % des 30-49 ans ou encore 2 % des 50-64 ans. Et en ce qui concerne le genre, ce sont les hommes qui pour le moment se montrent les plus assidus : 6 % des internautes masculins utilisent des applications de localisation, contre 3 % des femmes. A noter que les Américains d'origine hispanique sont les plus grands amateurs (10 %), contre 5 % des Afro-Américains et 3 % des Caucasiens. L'impact du niveau d'étude ne joue par contre pas fondamentalement : 5 % des utilisateurs ont un niveau d'études inférieur au baccalauréat. Un pourcentage identique à celui des adultes qui disposent de diplômes universitaires. L'étude a été menée en septembre auprès de 3 000 Américains âgés de dix-huit ans au moins.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas