La gestion de l'information, d'abord une affaire d'humain ?

Par 20 février 2012
Mots-clés : Digital Working, Europe
spread of information

Les solutions dédiées facilitent l'organisation du savoir de l'entreprise. Des dispositifs efficaces mais qui ne doivent pas faire oublier aux compagnies que les salariés aussi ont un rôle important, notamment au niveau de la diffusion.

Faire du salarié un élément clé dans la gestion de la diffusion de l'information, et non les logiciels informatiques, reste encore la technique la plus efficace pour éviter les fuites d'informations. C'est ce qui ressort d'une étude effectuée par des chercheurs de l'université de Loughborough, en Angleterre. Le but de celle-ci : examiner comment la formation des salariés et les possibles changements dans la culture organisationnelle de l'entreprise pourraient améliorer de manière significative la gestion de l'information. Pour répondre à cette problématique, les chercheurs ont choisi comme cadre d'étude le Conseil général de Leicestershire.

Consulter ses salariés pour identifier les problèmes

Les employés du Conseil général ont donc été observés et interviewés pendant plusieurs semaines afin d'identifier les différents axes nécessitant d'être approfondis. Pour la plupart d'entre eux, les salariés étaient pour la première fois consultés et amenés à réfléchir à la gestion de l'information. "Cela leur a permis d'avoir une nouvelle perception de l'information, d'appréhender sa gestion et sa valeur dans la qualité du service rendu au client", explique Mark Hepworth. Parmi les points posant encore problème, on retrouve notamment le partage et la sécurité des données, le stockage et le nettoyage, ainsi que la récupération de celles-ci.

Des formations plus adaptées aux salariés

"Aux vues des récentes fuites de données au sein de entités gouvernementales, les entreprises doivent s'investir activement pour sensibiliser leurs salariés aux risques que celles-ci entraînent", explique Claire Everitt, responsable de la gestion d'information pour le Conseil. Pour cela, les chercheurs ont développé différents outils tels que l'instauration de module de e-learning, des ateliers et des études de cas vidéo pour guider les employés. "De par son regard extérieur et neutre, le travail effectué en collaboration avec le Conseil général pourrait fournir une base précieuse à la formation des salariés des agences gouvernementales du Royaume-Uni", conclut Mark Hepworth.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas