La gestion des ressources humaines vue par les salariés de jeunes

Par 06 février 2001
Mots-clés : Smart city

pousses. Selon une étude réalisée par Opinion-Way pour le compte de l’Expansion, 49 % des salariés de jeunes pousses sont favorables ou très favorables (8 %) à la présence d’une organisation syndi...

pousses.
Selon une étude réalisée par Opinion-Way pour le compte de l’Expansion, 49
% des salariés de jeunes pousses sont favorables ou très favorables (8 %)
à la présence d’une organisation syndicale dans leur entreprise. 33 % sont
plutôt pas ou pas du tout favorables à cette présence. Les moins de 25 ans
(65 %) et les femmes (53 %) sont plus enclins que les autres salariés à
accueillir un syndicat dans leur entreprise.
58 % des personnes favorables n’ont aucune préférence quant à
l’organisation représentative du personnel, 13 % optent pour la CFDT, 11 %
pour la CGT.
Pour défendre leurs droits, 38 % des salariés de la nouvelle économie font
avant tout confiance à eux-mêmes, 27 % à des représentants de salariés
non syndiqués, 24 % à la direction de leur entreprise et 8 % seulement à
une organisation syndicale.
33 % des salariés de la nouvelle économie jugent excellentes leurs
conditions de travail, 58 % les jugent satisfaisantes, 6 % seulement les
jugent dures et 2 % abusives.
Toutefois, 62 % de ces salariés estiment qu’on ne doit pas compter ses
heures dans la nouvelle économie, 38 % souhaitent que la loi sur les 35 h
y soit appliquée. Plus de 90 % sont opposés à l’idée que l’on puisse, dans
la nouvelle économie, embaucher et licencier du jour au lendemain. 75 %
d’entre eux sont hostiles à l’acceptation de salaires plus bas en échange
de stock-options.
80 % des salariés estiment que les femmes sont les égales des hommes dans
la nouvelle économie.
(Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 06/02/2001)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas