Google étend la logique de la performance publicitaire au regard

Par 06 septembre 2013
Tarification du regard

Grâce à des capteurs intégrés à ses lunettes intelligentes, Google envisage un nouveau mode de facturation au regard pour les annonceurs.

Afin de financer son moteur de recherche, Google a toujours utilisé des indicateurs de facturation pour ses annonceurs reposant sur la performance. Ainsi le coût par clic (CPC) ou le coût par achat (CPA) permettait jusqu'à présent de mesurer l'audience publicitaire sur Internet. Grâce à un nouveau brevet de "Gaze tracking system" développé pour ses lunettes intelligentes, Google peut désormais mesurer la performance au regard, voire aux émotions. Cette invention permettrait de mesurer en permanence l'exposition à la publicité(physique et digitale) et une tarification au regard.

L'optimisation des tarifications publicitaires grâce au regard

Le brevet déposé propose un système intégré de capteurs et de lunettes mesurant l'attention du regard, relié en permanence à un serveur. Grâce à ce système de caméras embarquées, Google mesure quels supports publicitaires sont visionnés et pendant combien de temps. Ces images et coordonnées sont directement transférées au service de tarification qui facture directement les annonceurs concernés. Les lunettes enregistrent donc toute consultation visuelle de contenu publicitaire, en ligne ou physique (journaux, affiches, magazines etc.) Pour l'instant Google n'envisage pas d'exposer de la publicité directement sur l'interface Glass et a d'ailleurs interdit aux développeurs d'applications de vendre de l'espace publicitaire. Mais d'autres services, notamment Google Now, moteur de recherche d'applications intelligent, seront ouverts aux contenus publicitaires.

Vers la mesure des émotions?

Le “Pay per Gaze” - littéralement “coût par regard” - n'est qu'une première étape du développement de la mesure de la performance dans le marché de la publicité. Avec cette application Google peut en outre mesurer le niveau de dilatation de la pupille et ainsi détecter l'émotion suscitée chez l'utilisateur. Cette fonction pourrait permettre aux annonceurs de comprendre les réactions des consommateurs au contenu publicitaire et travailler davantage sur les émotions pour inciter à l'achat. D'autres accessoires de wearable technology, notamment le bandeau intelligent Muse permettent déjà de mesurer les émotions d'un utilisateur et de les intégrer dans les moyens de communication digitaux.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas