Les Google Glass assurées: accord avec le secteur médical pour élargir la cible

Par 07 février 2014 2 commentaires
assurance lunettes

Google vient de signer un accord avec une compagnie d’assurance pour permettre le remboursement en partie des Google Glass à la manière de lunettes de vue classiques.

Les Google Glass seraient-elles en passe d’être acceptées par le secteur de la santé comme un dispositif médical à part entière ? C’est en tout cas ce qu’essaye de mettre en place Google qui vient d’annoncer la signature d’un accord avec la compagnie d’assurance optique à but non-lucratif, VSP Vision Care. Celle-ci, couvrant plus de 60 millions d’assurés aux États-Unis et au Canada, devrait être l’un des premiers organismes à offrir une approbation médicale aux Google Glass et, de manière beaucoup plus large, à un wearable device. Un point important quand on sait que la priorité des fournisseurs de wearable devices pour l’année 2014, selon J. P. Gownder, analyste de l’institut de recherche Forrester, “sera de faire en sorte que ceux-ci soient intégrés aux différents système de santé [mondiaux]”.

Un pas de plus vers l’e-santé

L’accord entre les deux entreprises consiste en l’apport d’une aide financière concernant les montures et sur la prescription de verres pour des lunettes de vues. Selon le contrat souscrit, VSP pourra alors rembourser jusqu’à 120 dollars sur le coût d’achat des montures, auquel s’ajouteront les verres. Toutefois, la partie informatique ne sera pas quant-à-elle subventionnée. Cela devrait permettre que les Google Glass se rapprochent de l’e-santé et s’affranchissent ainsi de la connotation de gadget qui leur est parfois attribuée. Mais contrairement à l’idée que l’accord puisse amener à viser un public plus spécifique, la priorité de cette collaboration pour Google réside bel et bien dans la nécessité de rendre ces lunettes plus abordables et donc de toucher un plus large public. “La vente de wearable devices à un particulier reste quelque chose de particulièrement compliqué, l’intégrer au système de santé devrait permettre d’atteindre un marché de masse” confirme J.P. Gownder.

Quatre nouveaux modèles

Car certains consommateurs se disent encore réticents, aussi bien d’un point de vue des fonctionnalités de Google Glass que de leur prix. En effet, si certains se méfient de la confidentialité en matière de vie privée ou des données sensibles avec des outils tels que la vidéo ou la prise de photo de manière discrète, des établissements, comme des cinémas, ont quant à eux interdit le port de ces lunettes. C’est pour cette raison que Google a apporté plusieurs autres améliorations à la version test des Google Glass, notamment sur l’esthétisme. Le but : permettre aux nouvelles lunettes de revetir une apparence plus proche de lunettes de vue ordinaires afin de donner une impression de quelque chose de plus usuel. Pour cela, quatre nouveaux modèles de monture ont été développés et il sera également possible d’y apposer des verres teintés.

Haut de page

2 Commentaires

Si ce type d'accord se fait en France, cela crédibilisera très certainement les objets connectés car à date, d'après une de vos études : 62% des Français n'estiment pas que les objets connectés pourraient être considérés comme des soins médicaux à part entière, même dans un avenir indéterminé. Donc il y a encore du chemin à faire pour convaincre sur l'intérêt médical de ces lunettes ou tout autre objet connecté...

Soumis par Nath (non vérifié) - le 11 février 2014 à 18h43

Cet article est très intéressant.
Je reste dubitatiif sur des sondages qui interrogent les français sur ce qu'ils ne connaissent pas et dont ils peuvent imaginer difficilement l'utilité !
Je me demande souvent si Apple avant d'étudier l'IPAD, a réalisé un sondage. Si oui j'aimerais bien le lire après moins de 4 ans de commercialisation d'IPAD/tablettes.

Soumis par Rouzee (non vérifié) - le 11 février 2014 à 22h13

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas