Google Ideas souhaite généraliser l’accès à un Internet libre et performant.

Par 25 octobre 2013
Google contre la censure digitale

Google défend sa vision de l’Internet en développant plusieurs services gratuits contribuant à sécuriser et à ouvrir le web.

Pour rendre Internet accessible à tous et protéger la liberté d’expression de ses utilisateurs, les géants du web développent eux même les outils nécessaires à la protection du réseau contre de potentielles attaques malveillantes. Cette stratégie menée de front par des acteurs divers comme Facebbok ou Amazon au delà du simple élan humanitaire vise aussi à développer de nouveaux marchés dans pays encore isolés mais au potentiel intéressant . Google opère ici un changement d’échelle puisqu’il s’agit non plus d’assurer la disponibilité même de l’Internet mais d’entretenir sa qualité et fluidité, en offrant une protection gratuite contre les cyber attaques et un système de partage de connexions.

Une protection gratuite et mondiale

A l’occasion de l’événement Conflict in a Connected World, le laboratoire d’idées de Google, Google Ideas a annoncé l’initiative Project Shield. Utilisant l’expertise développée en interne par la compagnie, ce bouclier protège gratuitement les sites des attaques par « déni de service» (denial of service attack, DoS). Ce type d’attaques informatiques inonde un réseau de visites factices pour empêcher les utilisateurs légitimes d’y accéder, comme en fut encore récemment victime le New York Times. Si les détails techniques n’ont pas encore été dévoilés, ce service sera gratuit et disponible dans le monde entier, Google a déjà testé sa version beta au Kenya notamment. Selon le directeur de Google Ideas, Jared Cohen : « Nous voulons offrir une expérience Internet transparente et libre aux milliards d’utilisateurs vivant dans des environnements  hostiles à la liberté d’expression. »

Capitaliser sur les réseaux de solidarité

Google Ideas a également annoncé le lancement d’un nouveau produit, uProxy. Cette extension de navigateur internet utilise la technologie peer-to-peer pour permettre aux internautes du monde entier partager leur accès à Internet. Ses concepteurs se sont inspirés de réseaux de solidarité préexistants où des utilisateurs de pays « libres » acceptaient de partager leur connexion sécurisée.  Fonctionnant à la manière d’un VPN personnalisé, il permettrait à un utilisateur par exemple de partager sa connexion libre à un citoyen d’un pays où le gouvernement exerce un contrôle strict du contenu en ligne. Développé en partenariat avec l’Université de Washington et Brave New Software pourrait signifier l’avènement d’un véritable Internet débarrassé de tout emprise gouvernementale.

 

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas