Google privilégie le libre pour les mobiles

Par 06 novembre 2007

La firme de Mountain View confirme sa stratégie d'ouverture en lançant Android, une plate-forme ouverte mobile pour permettre d'accélérer le développement d'applications web accessibles depuis un téléphone portable.

Quand Google ne domine pas seul, il s'ouvre aux autres. Après avoir lancé Open Social, un ensemble d'API permettant aux développeurs de créer des applications compatibles sur plusieurs réseaux sociaux, c'est vers le mobile que le géant des moteurs de recherche se tourne. Il monte le réseau Open Handset Alliance en partenariat avec une trentaine d'opérateurs et de fabricants mobiles et lance Android, une plate-forme ouverte destinée à faciliter l'utilisation d'Internet depuis un téléphone portable.
Un nouvel écosystème pour l'Internet sur mobile …
But de la manœuvre : faire de l'ombre à l'indétrônable Symbian (de Nokia, Ericsson, Panasonic, etc.) et à Windows Mobile, le système lui aussi propriétaire de Microsoft. Sans compter les OS Linux, qui se multiplient sur les combinés (Toshiba, ACCESS Systems…). Autant de systèmes qui, selon Google, ne permettent pas aux différentes parties de collaborer suffisamment vite pour répondre aux besoins toujours changeants des consommateurs. Android, au contraire, permettra aux développeurs, aux opérateurs et aux fabricants de travailler ensemble pour créer plus rapidement et à moindre coût des applications destinées à rendre l'Internet mobile plus performant, souligne le moteur.
… qui tarde à se concrétiser
Parmi les partenaires de Google, on recense Motorola, Qualcomm, China Mobile, NTT DoCoMo ou encore LG. La plate-forme, qui se veut un véritable concentré de services, se compose d'un logiciel d'exploitation, d'un intergiciel (ou middleware, c'est-à-dire un logiciel faisant office d'intermédiaire entre plusieurs systèmes), et d'interfaces et d'applications simples d'utilisation. Malgré les promesses de mise en place rapide de nouveaux services mobiles, sa sortie n'est pas prévue avant la seconde moitié 2008.
 
Les opérateurs doivent changer de modèle économiqueLes sociétés comme Apple, Google et Nokia forcent les opérateurs télécoms à revoir leur stratégie. Car les traditionnels offres promotionnelles centrées sur la voix ou les accessoires font désormais pâle figure face aux multiples services proposés par ces outsiders. Selon le Gartner, la moitié des vingt principaux opérateurs devrait opérer un tournant vers la fourniture de contenus de divertissement ou de publicité d'ici 2012. Mais plus de la moitié devrait échouer.Répondre aux besoins des consommateursRéussiront ceux qui parviendront à cerner précisément les besoins des consommateurs, à leur donner le pouvoir, et à déployer des produits simples d'utilisation. Les autres - soit ceux qui continueront à privilégier la performance technique au risque de ne pas être compris par les consommateurs - devraient rester loin derrière. Pour le cabinet d'analystes, trois stratégies principales devraient permettre aux opérateurs de renouer avec le succès.Produire ou donner accès au contenuPremière en lice, la production de contenu multimédia (comme le fait France Télécom, qui se lance dans la production de films). Deuxième : l'agrégation de contenu, c'est-à-dire la mise à disposition du nombre maximum de services Internet sur les mobiles via des partenariats, comme celui conclu entre T Mobile et Google pour la recherche depuis un portable. Enfin, la spécialisation sur la transmission de données, par le biais entre autres de nouveaux investissements. A terme, précise le Gartner, des opérateurs comme Vodafone ou BT devraient pouvoir réaliser plus de 15% de leurs revenus grâce à ces nouveaux cœurs de métiers.A ce sujet lire aussi :

Mariage en vue entre les médias et les opérateurs restructurés ! (02/08/2007)

L'Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas