Google se plie à la censure chinoise sur son site Gu Ge

Par 13 avril 2006
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

Google tient à aller jusqu'au bout de sa logique en Chine. Le moteur de recherche a dévoilé le nom de sa marque chinoise: Gu Ge et continue de se plier à la censure de Pekin. La société...

Google tient à aller jusqu'au bout de sa logique en Chine. Le moteur de recherche a dévoilé le nom de sa marque chinoise: Gu Ge et continue de se plier à la censure de Pekin.
 
La société américaine s'est exposée aux critiques des défenseurs des droits de l'Homme en admettant avoir censuré des sites interdits par les autorités communistes de Pékin sur la version chinoise de son moteur de recherche, lancée en janvier. Parmi les informations censurées par Google : les manifestations anti-gouvernementales de 1989 sur la place Tiananmen.
 
Alors, qu'il lançait la version définitive de son site en chinois, Eric Schmidt a de nouveau défendu sa stratégie de compromis dans le pays. "Nous avons promis au gouvernement chinois que nous respecterions la loi, il n'y a pas d'alternative" a-t-il martelé, "il est inconcevable que nous diffusions largement une information illégale, ou immorale".
 
En appliquant les restrictions chinoises sur Internet, Google a rejoint d'autres géants du secteur comme Microsoft et Yahoo!, attirés comme lui par les promesses de l'énorme marché chinois qui compte 111 millions d'internautes.
 
Eric Schmidt n'a d'ailleurs pas manqué de "saluer le gouvernement les dirigeant importants de cette industrie qui ont permis à l'Internet en Chine de faire des progrès formidables". Google compte bien s'associer à ces progrès puisque le groupe prévoit une forte croissance de son chiffre d'affaires dans le pays et prévoit d'y employer à terme des milliers d'ingénieurs.
 

 
(Atelier groupe BNP Paribas -13/04/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas