Google Ventures, nouvel entrant dans le capital-risque européen

Par 24 juillet 2014 1 commentaire
GVE

La création de Google Ventures Europe apportera de nouvelles ressources dans l’écosystème d’innovation européen mais il devra s’adapter au marché local pour se développer de manière optimale.

Pour l’année 2013, les investissements en capital-risque aux Etats-Unis ont atteint un montant total de 33 milliards de dollars d’après le baromètre EY, contre 7,4 milliards de dollars en Europe. Même si cette dernière a vu le montant total de ses transactions augmenter de 19% par rapport à 2012, l’Europe reste tout de même à la traîne. L’annonce récente du développement de Google Ventures (fonds d’investissement appartenant à Google et lancé en 2009) en Europe, avec un siège basé à Londres,  pourrait avoir un impact sur l’écosystème européen, mais reste à savoir si le fonds d’investissement américain saura s’y adapter dans sa globalité.

Un nouvel acteur dans l’écosystème européen

Pour Bernard-Louis Roques, Directeur Général de Truffle Capital, fonds d’investissement européen spécialisé notamment dans les technologies de l’information, l’arrivée de Google Ventures Europe aura un impact positif car "il y a une rareté du financement indubitable, les sociétés vont donc le chercher à l’étranger ou bien se vendent. C’est encourageant que le groupe pense que l’Europe peut jouer un rôle dans l’écosystème de l’innovation." Sans bouleverser le monde du capital-risque en Europe, Google Ventures cherche seulement à investir dans des sociétés qui vont l’exposer à de nouvelles opportunités d’innovation. En effet, dans son communiqué de presse officiel, Google Ventures cite notamment les exemples de SoundCloud ou Spotify, startups européennes à succès démontrant "l’énorme potentiel" des startups européennes. Pour Bernard-Louis Roques, la stratégie de Google est “une façon d’être présent dans l’écosystème natif européen et d’être perçu comme un acteur local."

Toute l’Europe en profitera-t-elle ?

Google Ventures Europe débutera son activité avec un capital de départ de 100 millions de dollars, ce qui apparaît comme un budget restreint de la part de Google pour investir dans toute l’Europe. Et plus particulièrement l’Angleterre puisque Google Ventures a installé son siège à Londres. Pour le dirigeant du fonds Truffle, de nombreux fonds d’investissement américains intéressés par l’Europe se tournent le plus souvent vers l’Angleterre car les avantages géographiques et fiscaux y sont plus nombreux. Imaginer une filiale à Paris, ne serait pas possible pour Bernard-Louis Roques car la fiscalité n’y est pas avantageuse. Mais "la crainte, c’est qu’avec son siège à Londres, Google Ventures Europe pourrait négliger le reste du continent."

Haut de page

1 Commentaire

Google Ventures Europe apportera (aussi, surtout?) de nouvelles ressources à l’écosystème d’innovation américain ;-)

Soumis par Therese Torris (non vérifié) - le 25 juillet 2014 à 12h09

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas