Le gouvernement Américain encourage les start-ups à commercialiser des découvertes scientifiques

Par 25 avril 2013 Laisser un commentaire
mains qui encadrent les lettres R&D

Le Small Business Innovation Research (SBIR) program encourage les petites entreprises à commercialiser des projets de R&D.

L’un des problèmes de la recherche aujourd’hui est le faible taux de transformation des découvertes ou projets qui y sont dévelopés en véritables commercialisations et donc leur extension au grand public. Dans certains écosystèmes spécifiques comme la Silicon Valley, la cohabitation de grandes universités comme Stanford et d’un écosystème de start-ups permet une transformation plus facile. Ce cercle vertueux entre les deux mondes n’est malheureusement pas le cas partout. Ainsi de nombreux projets restent en jachère. C’est pour ces raisons que le gouvernement américain a mis en place le programme fédéral SBIR qui encourage de petites entreprises à transformer des projets de R&D en produits ou services commercialisables.

Trois stades de développement

Ce programme financé au niveau fédéral est développé dans chaque état et les périodes de dépôt de dossiers correspondent à des calendriers différents. Les critères pour être éligible à un financement du SBIR sont les suivants : les entreprises doivent être indépendantes et possédées par des Américains, être à but lucratif, employer le principal chercheur de la technologie qui est développée dans le projet et avoir au maximum 500 employés. La sélection s’opère en trois étapes: tout d’abord, l’argent fédéral est alloué à une entreprise pour rechercher comment commercialiser cette technologie. Puis, un montant additionnel est alloué au développement de celle-ci. Enfin, la troisième étape consiste en la commercialisation de cette technologie, que l’entreprise doit financer sans aide fédérale.

Transformer l'excellence scientifique en business profitables

Le programme affiche quatre objectifs principaux. Tout d’abord, stimuler l’innovation technologique. Ensuite, faire se rencontrer la recherche fédérale et ses besoins en terme de développement. D’autre part, favoriser et encourager la participation de personnes socialement et économiquement moins favorisées à des projets innovants et d’entreprneuriat. Enfin, améliorer la commercialisation par le secteur privé d’innovations issues de la recherche fédérale par le biais de son financement. Parmi les projets récemment financés, on compte par exemple CytoSorbents qui a mis en place un appareil permettant de purifier le sang afin de soigner certaines maladies. De multiples agences fédérales participent au programme, touchant ainsi de nombreux domaines, de la défense à l’énergie en passant par la santé.

Haut de page

Vos commentaires

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Aucune balise HTML autorisée
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

En soumettant ce formulaire, vous acceptez la politique de confidentialité de Mollom.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas