Le gouvernement annonce la création de 3000 postes pour la recherche publique

Par 07 avril 2005
Mots-clés : Smart city

Quel avenir pour la recherche en France ? Mercredi, le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin, le Ministre de l'éducation nationale de l'enseignement supérieur et de la recherche et le Ministre...

Quel avenir pour la recherche en France ? Mercredi, le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin, le Ministre de l'éducation nationale de l'enseignement supérieur et de la recherche et le Ministre délégué à la recherche François d'Aubert ont rencontré les représentants du Comité de suivi des Etats généraux de la recherche.
A cette occasion, le gouvernement s'est dit convaincu de l'importance de la recherche et a rappelé l'annonce faite par le Président de la République en 2004 d'une augmentation du financement de la recherche par l'Etat de 1 milliard d'euros par an de 2005 à 2007 , engageant ainsi 6 milliards d'euros supplémentaires dans la recherche pendant ces trois années.
Pour l'année 2005, le gouvernement a affirmé que cet engagement avait été tenu et qu'il s'était traduit par une augmentation des crédits des laboratoires et par la mise en place rapide de l'Agence nationale de la recherche, pour un montant de 700 millions d'euros. Par ailleurs, le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin a assuré que le gouvernement proposerait un projet de loi d'orientation et de programmation de la recherche allant au-delà de 2007.
Le gouvernement a ainsi formulé des propositions , remises aux membres du Comité de suivi, sur des points clés de la réforme :
- l'évaluation de la recherche – évaluation des établissements, des équipes de recherche, des chercheurs et enseignants-chercheurs,
- la mise en place de Pôles de recherche et d'enseignement supérieur (PRES) visant à mieux coordonner la coopération de recherche entre les différents partenaires – universités, grandes écoles, organismes de recherche.
En termes d'emplois, le Premier Ministre a annoncé que la priorité accordée à la recherche par le gouvernement se traduirait par le remplacement de tous les chercheurs partant à la retraite et par la création de 3 000 postes supplémentaires . La moitié environ pourrait aller au recrutement de chercheurs dans les organismes de recherche et d'enseignants-chercheurs dans les établissements d'enseignement supérieur. "En clair, il y aura trois arrivées pour deux départs", a estimé le Comité de suivi des Etats généraux de la recherche.
(Atelier groupe BNP Paribas - 07/04/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas