Le gouvernement canadien doit verser 42,5 millions de F à l'éditeur

Par 30 juin 1999

Corel. L'affaire débute lorsque le Revenue Canada, l'équivalent de notre ministère des Finances, lance un appel d'offres afin de renouveler son parc de logiciels. WordPerfect Suite, produit phar...

Corel.
L'affaire débute lorsque le Revenue Canada, l'équivalent de notre
ministère des Finances, lance un appel d'offres afin de renouveler son
parc de logiciels. WordPerfect Suite, produit phare de Corel était en
compétition avec Microsoft Office, déjà installé sur les machines.
N'ayant pu fournir une estimation des frais supplémentaires occasionnés
par un éventuel changement de fournisseur, Corel avait alors été écarté.
En octobre dernier, le tribunal de commerce international du Canada, saisi
de l'affaire, a estimé que le fait de réclamer cette information à Corel
et non à Microsoft constituait un acte flagrant de favoritisme. La cour
d'appel a confirmé ce jugement en avril.
Le gouvernement canadien doit donc dédommager Corel. Ce dernier, en
acceptant cette solution, se retire toutefois de la compétition.
Selon l'agence Reuter, le marché en jeu se situe aux alentours de 55
millions de dollars canadiens (236 millions de F).
(Information ZDNet France du 30/06/1999 parue dans Yahoo ! France)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas