Le gouvernement va aider les entreprises dans leur adaptation à l'euro.

Par 18 mai 1998
Mots-clés : Europe

Lionel Jospin a promis vendredi que son gouvernement aiderait les entreprises "à gérer au mieux cette grande réforme économique et monétaire". Pour faire de la monnaie unique "une réussite pratique"...

Lionel Jospin a promis vendredi que son gouvernement aiderait les
entreprises "à gérer au mieux cette grande réforme économique et
monétaire". Pour faire de la monnaie unique "une réussite pratique", il
demande d'inscrire très rapidement l'euro dans la vie quotidienne par le
double affichage des salaires, des prix et des principales données de la
vie économique et financière.
Le premier Ministre a rappelé que "les administrations fiscales et
sociales seront en mesure d'accueillir les déclarations d'impôts et les
paiements des entreprises en euros" dès le 1er janvier 1999. Bien que
l'annonce officielle ne soit pas encore faite, dès 1999, les déclarations
sociales globales, mensuelles ou trimestrielles seraient possibles en euro
; la déclaration annuelle de données sociales nominative serait acceptée
en euro à partir de 2000.
Lionel Jospin a également indiqué que le gouvernement avait pour objectif
de faire de la place financière de Paris "la première de la zone euro".
Il a aussi rappelé que si l'objectif premier de la BCE était la stabilité
des prix, les gouvernements et l'Union dans son ensemble ont pour
objectifs "une croissance durable, un niveau d'emploi et de protection
sociale élevés et la cohésion économique et sociale", surtout l'euro "peut
être un levier déterminant pour le retour au plein-emploi".

Selon Martin Velasco, président de International Communication Entreprise,
l'euro, supprimant notamment les risques de change dans la zone euro et
créant une uniformité des prix, aura un effet "phénoménal" sur le
commerce en ligne en Europe. Toutefois, comme l'explique Caroline Arrighi
de Casanova de Sema Group, cette plus grande visibilité tant pour les
particuliers que pour les vendeurs aura des conséquences "pour les
entreprises qui se lancent sur ce créneau" "l'euro implique un alignement
des prix vers le bas qu'il va falloir compenser par des points de
productivité un peu partout et parfois par une remise en cause de la
stratégie de l'entreprise".
(Une page - Les Echos - 18/05/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas