Grâce à Internet, le minuscule archipel Tuvalu devrait faire exploser son PNB.

Par 22 décembre 1998
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

Regroupant près de 9 000 habitants, cette micro-nation, coincée entre les îles Salomon et Samoa dans l’océan Pacifique, menacée à long terme par les eaux, attire depuis plusieurs mois tous les regar...

Regroupant près de 9 000 habitants, cette micro-nation, coincée entre les
îles Salomon et Samoa dans l’océan Pacifique, menacée à long terme par les
eaux, attire depuis plusieurs mois tous les regards dans le monde de
l’Internet. En effet, elle dispose d’une ressource naturelle pour le moins
inattendue: le nom de domaine “.tv”. Ce suffixe devrait permettre à
Tuvalu de remplir les caisses de l’Etat. Le premier ministre, Bikenibeu
Paeniu explique “à l’aube de la télévision interactive et de la diffusion
de contenu vidéo sur réseau large bande, la possibilité pour une
multinationale de posséder le site Internet “M.TV” au lieu de
“MTV.COM” nous paraît extrêmement séduisante”.
C’est en octobre 1997 que Paeniu se décide à explorer la piste de
l’Internet et du suffixe “.tv”. A cette époque, un américain Joseph Kim
avertit le ministère des finances de Tuvalu que la société Web TV, filiale
de Microsoft, a décidé de remporter les droits de vente du suffixe sans en
prévenir personne. Intervenant auprès de l’Iana, Paeniu met Microsoft et
Web TV hors jeu. A partir de cet instant, les propositions de sociétés
étrangères souhaitant gérer le nom de domaine de Tuvalu se succèdent par
fax. Après avoir lancé un appel d’offres, le gouvernement et Paeniu se
décident pour la société Information.Ca, renommée “.TV Corporation”.
Cette société de droit canadien promet à l’Etat près de 50 millions de
dollars d’avance sur contrat et un avenir radieux.
(La Tribune 22/12/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas