Grâce au mobile, les supercalculateurs s'utilisent sur le terrain

Par 07 septembre 2010
Mots-clés : Smart city

Pour profiter en situation de mobilité de la puissance de calcul des super ordinateurs, le MIT propose une application Android. Celle-ci autorise la réalisation de simulations complexes.

Si les supercalculateurs permettent aux scientifiques de traiter des quantités importantes de données, ces machines rendent impossible - de par leur taille - tout travail de terrain. Une équipe de chercheurs du MIT propose d'y remédier, en utilisant le téléphone portable. Les scientifiques ont mis au point une application Android qui vise à compléter le travail des supercalculateurs en prenant en compte certains détails physiques, sur place. "Le logiciel intégré au mobile permet d'effectuer des simulations complexes, semblables à celles effectuées par les supercalculateurs", explique à L'Atelier Phuong Huynh, l'un des chercheurs responsables du projet. "L'idée est de procéder en deux étapes", poursuit-il. "Dans un premier temps, les machines puissantes effectuent une série de calculs pour générer différents modèles".
Affiner les résultats sur place
"Ces données sont ensuite réutilisées sur le terrain par les utilisateurs de l'application", développe le scientifique. Ainsi, le logiciel est utilisé pour des problèmes dont on connaît déjà la teneur, mais pas encore les détails. L'application contient neuf modèles préinstallés - concernant des objets physiques de différentes formes et de différentes tailles, possédant des propriétés particulières, des fluides évoluant dans différents espaces, etc. L'utilisateur ouvre l'application, et choisit le modèle approprié. Il peut ensuite modifier les paramètres en fonction des mesures qu'il effectue sur place. Le but ? Estimer en quelques secondes les résultats des calculs, en appliquant l'un des modèles prédéfinis à la réalité du terrain.
La marge d'erreur affichée en pourcentage
"Cela peut être très utile dans certaines circonstances, lorsque des réponses rapides sont nécessaires, ou lorsque les scientifiques cherchent à affiner les résultats en fonction de ce qu'ils observent", note le responsable. Si les calculs s'effectuent beaucoup plus rapidement sur le mobile que sur des supercalculateurs - quelques secondes suffisent -, les résultats sont également plus approximatifs, reconnaît le chercheur. Mais la marge d'erreur est indiquée à l'utilisateur de l'application, sous forme de pourcentage, pour lui donner une certaine mesure de la précision des résultats obtenus. Et éviter ainsi confusions et mésinterprétations.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas