Grande Bretagne : BSkyB cible Easynet pour le Triple Play

Par 17 octobre 2005
Mots-clés : Smart city, Europe

Le fournisseur d'accès à Internet Easynet a confirmé lundi avoir été approché par l'opérateur satellite BSkyB (British Sky Broadcasting) en vue d'un éventuel rachat. La presse britannique a fait...

Le fournisseur d'accès à Internet Easynet a confirmé lundi avoir été approché par l'opérateur satellite BSkyB ( British Sky Broadcasting ) en vue d'un éventuel rachat. La presse britannique a fait état lundi de discussions avancées et évoqué un montant de 150 millions de livres (environ 220 millions d'euros).

BSkyB est dirigé par James Murdoch, le fils du célèbre magnat des médias Rupert Murdoch dont le groupe News Corp détient 37 % de l'opérateur satellite. BSkyB a annoncé la semaine dernière son intention de lever un milliard de livres, en partie utilisées pour financer des acquisitions.

En acquérant Easynet, BSkyB serait en mesure de proposer des offres Triple Play, associant accès à Internet haut débit, téléphonie sur IP et offres de télévision ou de vidéos à la demande, et pourrait concurrencer sérieusement les câblo-opérateurs britanniques comme British Telecom ou le couple bientôt formé par NTL et Telwest qui sont en cours de fusion.

Avec ses quelque 4,4 millions d'abonnés à haut débit et des investissements massifs dans le dégroupage, Easynet est une cible de choix pour BSkyB, mais qui ne suffit pas à combler les féroces appétits de la famille Murdoch. BSkyB aurait également des vues sur l'opérateur et FAI OneTel, mis en vente par Centrica pour 300 millions de livres (environ 440 millions d'euros).

Lors de son entrée chez BSkyB, James Murdoch a exprimé le désir que le groupe renoue avec le bénéfice et s'est pour cela fixé un objectif de 10 millions d'abonnés d'ici 2010.

Par ailleurs, l'on constate que cette stratégie est conforme à ce qu'entreprend le groupe News Corps au niveau mondial. L'empire de Rupert Murdoch (6,1 milliards de dollars de chiffre d'affaires pour le quatrième trimestre fiscal 2004-2005) s'efforce en effet de diversifier ses activités afin de disposer d'une alternative en cas de déclin de la télévision traditionnelle.

(Atelier groupe BNP Paribas - 17/10/05)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas