La Grande-Bretagne rejoint l'Inde via fibre optique

Par 09 mai 2008

L'EIG connecte treize pays via un câble sous-marin. Un projet d'envergure internationale mené par seize compagnies de télécommunications.

Relier trois continents par un câble afin d'assurer une meilleure coordination dans les télécommunications mondiales. Tel est le défi que se sont lancées seize grandes compagnies télécoms, parmi lesquelles on compte AT&T, Telecom Egypt ou encore Verizon Business. Ces entreprises ont signé cette semaine un accord afin de construire et entretenir un câble sous-marin à fibre optique, qui part de la Grande Bretagne pour rallier l'Inde. Baptisé Europe India Gateway (EIG) ce système de câble, qui coûtera plus de 700 millions de dollars et qui mesurera 15 000 kilomètres, améliorera d'une manière significative la communication et les échanges entre les pays participants.
Connexion directe de treize pays
L'EIG, qui devrait être opérationnel au deuxième trimestre 2010, va ainsi passer par treize pays, dont la France. En plus de desservir ces régions, il va aussi fournir une connexion sans-fil avec d'autres systèmes de câbles qui connectent déjà l'Europe, l'Afrique, l'Asie et l'Amérique du Nord. Le dispositif utilisera ainsi un éventail de technologies de prochaine génération, destinées à fournir un débit allant jusqu'à 3,84 Tbps (terabits par seconde). Ce, en s'appuyant sur la longueur d'onde DWDM (ou Dense Wavelength Division Multiplexing) qui permet d'assurer des transmissions supportant Internet, e-commerce, vidéo, voix etc.
Un système évolutif
L'EIG va par ailleurs s'ajouter à un réseau de câbles déjà installés, ce qui fait du système une alternative supplémentaire, une sécurité non négligeable dans la zone indienne, souvent touchée par les tremblements de terre. A noter : le système est prévu pour pouvoir accueillir à long terme les innovations technologiques, et de répondre ainsi à l'évolution des besoins de demain en termes de télécommunications. Un projet qui prend forme alors que l'Inde reste une région privilégiée par les groupes internationaux pour les nouvelles technologies. Ainsi l'ASSOCHAM (Associated Chambers of Commerce and Industry of India), annonçait il y a quelques jours que les grandes compagnies high-tech comptaient recruter plus de 40 000 Indiens dans le secteur informatique.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas