Les grands investisseurs restent partagés quant à l’usage professionnel des médias sociaux

Par 28 janvier 2014
information financière

Si les grands investisseurs restent mitigés dans leur utilisation des médias sociaux à titre professionnel, ils s’accordent toutefois sur leur avenir dans la profession.

Bien que seuls 30% des grands investisseurs mondiaux consultent régulièrement les médias sociaux, on constate tout de même une réelle amélioration ces dernières années de leur rôle dans les relations qu’entretiennent entreprises et investisseurs. C’est en effet ce que révèle une enquête du groupe de communication Havas dans l’un de ses récents rapports dont le but était de dresser un tableau des usages et de l’influence des médias sociaux dans ces relations. Celle-ci, menée auprès de 105 investisseurs institutionnels dans 12 pays, insiste sur le fait que l’usage actuel des médias sociaux divergent de la vision sur le long terme que les investisseurs ont de ceux-ci.

Vers une évolution du rôle des médias sociaux dans le domaine de l’information financière

Jusque-là mineur, la plupart des investisseurs (82%) s’attendent à ce que les médias sociaux acquièrent un rôle plus important. Les grandes entreprises envisagent d’ailleurs de plus en plus d’intégrer cette source dans sa stratégie de communication vers leurs investisseurs. "Bien que les investisseurs institutionnels ne consacrent pas encore une grande partie de leur temps aux réseaux sociaux, ils les créditent d’une plus grande influence à l’avenir et d’un rôle plus important aux côtés des autres outils de communication financière des entreprises" estime Charles Fleming, associé de l’agence Havas Paris. Ce pronostic est soutenu par plus d’un tiers des investisseurs qui considère les médias sociaux comme une innovation bénéfique permettant une diffusion des informations plus directe et plus rapide et une source de veille utile.  Les investisseurs français se démarquent, en étant moins nombreux à reconnaître le rôle croissant des nouveaux médias dans les années à venir (70% contre 82% pour le panel total).

Une communication encore frileuse entre entreprises et investisseurs via les réseaux sociaux

Toutefois, l’étude révèle qu’une grande majorité (85%) des investisseurs n’accorde que peu de crédibilité aux médias sociaux à titre professionnel, certains (16%) les estiment inutiles dans le cadre de leur activité. Les investisseurs français se distinguent ici encore par leur scepticisme vis-à-vis du rôle des médias sociaux dans les relations investisseurs : 10% seulement consultent les médias sociaux régulièrement (contre 30% du panel) et la moitié considèrent les médias sociaux non pertinents (contre 16% du panel).  Sans trop de surprise, les forums d’investissement, Linkedin et les blogs financiers arrivent en premier, devant Twitter et Facebook. Les dépêches d’agence de presse et les sites corporate restent, pour le moment, les sources jugées les plus fiables dans le domaine de l’information financière.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas