Pour gravir toutes les surfaces, le robot s'inspire du gecko

Par 28 septembre 2009 1 commentaire

Stickybot copie la technique du lézard pour pouvoir se déplacer, même à l'horizontale et sur des superficies lisses.

Pour créer des robots plus autonomes et performants, les chercheurs s’inspirent parfois du royaume animal. Ainsi, c’est en observant le gecko qu'un ingénieur de l’université de Stanford a conçu le Stickybot, un robot grimpeur. Celui-ci s’aide de coussinets mécaniques installés sous les pattes pour escalader les surfaces lisses. Les coussinets ayant été reproduits grâce à l’observation de l’animal. Le responsable du projet, Sangbae Kim et ses collègues, a d’abord étudié le meilleur moyen de le rendre adhérant sur tout type de surface. Le lézard dispose de lamelles adhésives sous chacun de ses doigts qui lui permettent de se déplacer sans tomber, même à la verticale.
Force de Van der Waals
La force d'adhérence de chacune de ses lamelles étant si forte qu'elle pourrait supporter le poids de l'animal. Dans le détail, les coussinets des pieds d'un gecko sont couverts d'une forêt de micro poils, appelés "setae". Ces soies, à leur tour, se ramifient en centaines de poils plus petits appelées spatules. Ces poils s'accrochent aux surfaces à l'aide de minuscules interactions électriques connues sous le nom de "force de Van der Waals". C'est cet ensemble de procédés que les chercheurs ont reproduit de manière mécanique.
Animaux : synonyme de mobilité
Les applications potentielles du Stickybot sont importantes : réparation de pipelines sous-marins, surveillance de bâtiments, et même lavage de fenêtres. Il est également possible d’envisager ce même système d’adhésion intégré à de l’équipement d’escalade. S’inspirer des animaux est une constante chez les chercheurs. C’est le cas du Pôle CoTeSys qui a étudié le cerveau de la mouche et tente de le reproduire afin de rendre les robots plus réactifs et plus précis dans leurs mouvements. Ou encore de l’IRCCyN et de son robot, qui copie le champ électrique émis par l’anguille pour explorer les eaux troubles en trois dimensions.

Haut de page

1 Commentaire

"setae" en français, ce sont des soies.cf. http://granddictionnaire.comMerci pour cette précision. Le texte la prend maintenant en compte.
Cordialement,
La rédaction

Soumis par Anonymous (non vérifié) - le 29 septembre 2009 à 01h55

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas