Le Green passe de l'exception à la norme en entreprise

Par 08 octobre 2008
Mots-clés : Smart city

Les entreprises IT souhaitent prendre des mesures éco-responsables d'ici 2009. Ces initiatives ne sont pas seulement dictées par des exigences environnementales mais par souci d'efficacité économique.

100 % des responsables de moyennes et grandes entreprises de technologies de l'information ont l'intention de déployer des programmes de développement durable au sein de leurs sociétés d'ici à l'année prochaine. Ce chiffre impressionnant est le résultat d'une étude sur les "Green IT" réalisée par le cabinet EMA. "Le fait que la totalité des personnes interrogées planifient des mesures vertes à moyen terme montre à quel point l'éco-responsabilité n'est plus seulement un moyen de se donner bonne conscience", commente le responsable de l'étude, Steve Brasen. "Les entreprises IT réalisent surtout qu'il s'agit d'une solution efficace pour rationaliser leurs dépenses tout en augmentant leur indépendance énergétique". Les bénéfices les plus fréquemment cités pour la mise en place de programmes de réduction de l'impact environnemental des nouvelles technologies sont en effet divers.
 
Rationalisation des dépenses énergétiques
 
Ces initiatives rapporteraient non seulement d'un point de vue social et marketing. Elles seraient également une source de revenus non négligeables. Selon l'EMA, près de deux tiers des sociétés IT ont déjà implémenté des solutions vertes. En termes de coûts énergétiques, ces sociétés auraient déjà réalisé une économie moyenne de près de 20 %. La taille des entreprises expliquerait toutefois en partie certains écarts en termes d'investissements green. Seuls 40 % des sociétés de moins de deux mille cinq cent salariés font déjà du développement durable. Ce chiffre atteint 75 % dans le cas d'entreprises de plus de dix mille salariés. Autre enseignement : le chiffre d'affaire de ces sociétés est inversement proportionnel à la consommation d'énergie que produisent en moyenne leurs ordinateurs de bureaux.
 
Eteindre son ordinateur en quittant le bureau
 
Une société dont le revenu est égal ou supérieur à un milliard de dollars consomme environ vingt cinq kilowattheures par semaine. A l'inverse, cette consommation monte à près de trente cinq KwH dans le cas de sociétés dont les revenus sont inférieurs à cent millions de dollars. Ces chiffres fournissent la preuve d'une corrélation évidente entre l'investissement dans des solutions vertes et la réduction effective de dépenses d'énergie. Selon l'étude de l'EMA, le simple fait d'éteindre les ordinateurs en dehors des heures de bureau permettrait de réduire considérablement les dépenses d'énergie. Près d'une station sur deux reste en effet allumée la nuit et le week-end. Autre source de dépenses à réduire : les datacenters, lesquels demeurent opérationnels vingt quatre heures sur vingt quatre et sept jours sur sept près de neuf fois sur dix.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas