Le grid accélère la lutte contre la grippe aviaire

Par 05 octobre 2007
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

Un projet européen unit les ressources de plus de 40000 ordinateurs pour lutter contre la grippe aviaire. L'initiative permettra aux chercheurs de calculer avec rapidité les capacités d'une molécule à agir contre le virus.

(cliquez pour agrandir)La lutte contre la grippe aviaire passe par le partage des ressources informatiques. Un consortium de chercheurs européens et asiatiques annonce la mise en relation de plus de 40 000 ordinateurs issus de quarante cinq pays différents dans le but d'accélérer les recherches de vaccin contre cette forme mortelle de grippe. La grille informatique mise en œuvre permettra d'analyser les éventuelles propriétés médicamenteuses de plus d'un demi million de molécules en seulement quelques semaines.
Le partage de ressources pour améliorer les recherches

Elle s'intègre au projet Enabling Grids for E-sciencE (EGEE) développé par la Commission européenne, qui vise à mettre des ressources informatiques ultra-performantes à disposition des chercheurs, universitaires et industriels. "Nous faisons appel à l'EGEE pour trouver de nouvelles molécules capables d'inhiber l'activité du virus de la grippe aviaire", explique Ying-Ta Wu, biologiste au Genomics Research Center of The academia Sinica. "Lors de ses précédentes actions, le grid EGEE a découvert environ deux cents molécules possiblement convertibles en médicaments", ajoute-t-il.
 
Des calculs pour prédire le comportement d'une molécule
 
Le système connecté permettra aux scientifiques de calculer avec précision la probabilité pour qu'une molécule soit capable de s'installer sur les espaces généralement occupés par le virus et donc en inhiber l'action. Et devrait ainsi non seulement accélérer le rythme des découvertes mais également minimiser le nombre d'échecs lors d'essais en laboratoires. Cette initiative, qui octroie plus de souplesse et de rapidité aux chercheurs, pourrait se révéler d'autant plus utile que l'université de Peking à Beijing (Chine) vient de découvrir que le virus H5N1 peut être transmis à un fœtus via le placenta, et peut également infecter d'autres organes que les poumons.
 

L'Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas