Le harcèlement a son prolongement sur Internet

Par 04 décembre 2007

Toutes les activités humaines trouvent un débouché sur le web. Le harcèlement entre enfants et adolescents ne fait plus exception.

Les despotes en culottes courtes continuent à agresser physiquement ou verbalement les autres enfants. Mais un grand nombre d’entre eux se servent en plus d’internet pour harceler leurs victimes. Tel est le constat posé par des chercheurs de l’Université de Riverside en Californie. Après avoir interrogé plus de 3000 élèves de l’Etat américain du Colorado, ils se sont aperçus qu’un tiers des enfants de 10-11 ans (5eme grade selon le système éducatif américain) sont des habitués des menaces verbales. Le pourcentage passe à 78% pour les 13-14 ans (8ème grade) pour redescendre à un peu moins de trois quarts quand les adolescents sont âgés de 16 à 17 ans (11ème grade).
Infliger intentionnellement et répétitivement
Quant aux pressions physiques, elles sont un usage pour respectivement 35%, 45% et 38% de ces trois classes d’âge. Cela n’est que la partie "réelle" du harcèlement. “Internet est devenu une nouvelle aire pour les interactions sociales, permettant aux enfants et aux jeunes de dire et faire des choses avec un degré d’anonymat certain”, écrivent les auteurs. Preuve en est : la partie virtuelle du harcèlement est bien réelle, même si les proportions sont moindres. A noter que les chercheurs le définissent comme l’utilisation volontaire de ce medium technologique pour infliger intentionnellement - et de façon répétitive - de la peine et de l’inconfort sur des personnes ou des groupes bien identifiés.
Le harceleur est aussi une harceleuse
Résultat : les enfants en 5ème grade sont 5% à utiliser internet pour ennuyer leurs camarades. Cela passe à 13% pour les 8ème grade et à 10% pour les 11ème grade. Dans cette étude, baptisée "Prevalence and Predictors of Internet Bullying", on apprend aussi que le harcèlement n’a pas de sexe. Filles et garçons vont sur le web pour perpétrer leur forfait et agressent verbalement en proportions égales. Les garçons se "distinguent" en étant plus susceptibles de pratiquer la forme physique du harcèlement.

L’Atelier, groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas