Hawaii, ou l'économie du surf (productif)

Par 02 septembre 2010
Mots-clés : Amérique du Nord

C'est la rentrée. Vos équipes ont le moral dans les chaussettes, et votre Ebitda vous donne des cauchemars. Disons, que vous abordez les mois d'hiver avec une certaine appréhension...Pour re-dynamiser tout çà, une solution, déménager (ou délocaliser c'est selon) votre staff à Hawaii! Car à Honolulu on ne plaisante pas avec le recyclage.

Cet état américain est sur le point d'adopter une législation (très) contraignante, pour la construction des immeubles (de bureaux). Un texte qui obligera les promoteurs du cru à utiliser 60% de matériaux recyclables s'ils souhaitent conserver leur vue sur mer. A défaut, ils devront payer une amende. Et à Hawaii, (police d'Etat et de Magnum) la maréchaussée ne plaisante pas avec les contraventions. Une petite décharge sauvage au bord du Pacifique et c'est tout de suite 25 000 dollars.

Des immeubles recyclés donc et, du recyclage à l'immeuble « vert », il n'y a qu'un pas. Un pas vite franchi par une équipe de chercheurs de l'université du Michigan. Oui vous savez, le Michigan, Detroit, l'industrie automobile, la Tamla Motown, mais aussi un endroit où il fait un peu frisquet en hiver.

Bref que nous dit cette vaillante équipe d'universitaires? Et bien qu'en entreprise, les collaborateurs, qui travaillent dans des immeubles verts (LEED, pour Leadership in Energy and Environmental Design, le label de référence aux Etats-Unis), voient leur productivité remonter en flèche. Ils sont moins stressés, ils sont plus motivés, et ils partent moins (en arrêt maladie).

Alors, encore un petit effort, un zeste de surf, en lieu et place de l'happy hour et une partie de beach-volley, pour ressouder les troupes à l'heure du déjeuner ... le problème est réglé et toutes ces horribles questions d'Ebitda ne seront bientôt plus qu'un lointain souvenir.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas