High-Tech : l'Asie se positionne sur le marché des rachats internationaux

Par 11 janvier 2010

Les entreprises asiatiques s'apprêtent à augmenter le nombre de fusions et acquisitions d'entreprises occidentales en 2010.

L'une des évolutions auxquelles s'attendre en 2010 sur le marché des fusions et acquisitions dans le secteur high-tech, c'est la part grandissante occupée par les entreprises chinoises et asiatiques en général. Bender Consulting, qui publie un rapport sur le sujet, estime ainsi que ces dernières vont accroître leurs activités cette année. Selon le cabinet, les firmes chinoises s'apprêtent à multiplier les acquisitions en Europe et aux Etats-Unis pour renforcer leur force de frappe internationale. Elles maintiendront également leurs efforts en matière d'acquisition de propriété intellectuelle. Et ce, principalement dans les secteurs du développement, de la distribution, et du marketing de produits labellisés. Autant d'activités qui devraient doper la croissance du pays : celle-ci devrait croître entre 8 et 10 % sur les cinq prochaines années. En plus de la Chine, d'autres pays devraient multiplier les fusions et acquisitions à l'international, comme le Vietnam, la Thaïlande et l'Indonésie.
Des obstacles culturels et professionnels
Les politiques de régulation et gouvernementales s'annoncent enfin comme favorables aux opérations de fusions et acquisitions à l'international. Reste que plusieurs obstacles seront à dépasser pour les compagnies asiatiques. "Les entreprises continueront à renforcer leur présence à l'Ouest par des acquisitions", souligne John Bender, directeur et co-fondateur du cabinet. Et d'ajouter : "Mais elles devront parallèlement affronter des différences culturelles qui s'annoncent comme de véritables défis à surmonter si elles veulent réaliser des affaires avec succès aux Etats-Unis". Elles devront aussi jongler avec des schémas de régulation et des lois sécuritaires différents, et bien saisir les tendances du marché. "En Amérique, les green tech vont continuer à être l'une des pierres angulaires du secteur, plus encore qu'en 2009". Enfin, Bending Consulting souligne la montée du protectionnisme américain, qui ajoute à l'incertitude.
Une baisse de l'emploi à court terme
Pour remédier à ces freins et optimiser leurs chances de succès, le cabinet suggère aux entreprises de se rapprocher d'experts du marché asiatique et occidental. Selon les auteurs du rapport, cette multiplication des opérations de rachat n'aboutira pas immédiatement à une embellie du marché de l'emploi. Aux Etats-Unis, par exemple, il faut même s'attendre à une réduction du nombre de postes existants, en raison de doublons provoqués par les acquisitions. Sur le long terme cependant, Bending Consulting prévoit que ces dernières créeront de l'emploi. "Une fois que les opérations d'intégration auront été effectuées, les entreprises commenceront à acquérir de nouveaux marchés, clients, et flux de capitaux", note John Bender. "Cela stimulera le marché de l'emploi, notamment aux troisième et quatrième trimestre 2010".

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas