La high-tech peine encore à séduire sur l'argument de la responsabilité

Par 23 octobre 2009 1 commentaire

Le respect de l'environnement ou l'engagement social sont des critères d'achat croissants. Le marché des TIC a encore du mal à s'y rattacher : les consommateurs cherchent avant tout des produits qui répondent à leurs besoins.

Les consommateurs sont de plus en plus attentifs à l’implication sociale et environnementale des marques qu’ils achètent, révèle une étude d’Edelman. Dans certains cas, cette préoccupation prend même le pas sur le budget. Malgré la récession, les trois cinquièmes des personnes interrogées ont acheté les produits d’une marque qui soutenait une bonne action ou était écologiquement responsable, même si ce n’était pas la moins cher. Un constat pas encore aussi marqué quand il s’agit de produits technologiques. Tout du moins en ce qui concerne l'aspect environnemental, nuance Pascale Garnier, gérante de MCP Marketing. "Les consommateurs de TIC cherchent avant tout des applications qui répondent à leurs besoins, le tout à un prix acceptable", explique t-elle à L’Atelier."Si en plus elles sont écologiques alors c’est un plus".
Un impact environnemental plus difficile à percevoir
La raison ? La prise de conscience est plus difficile que pour l’automobile, par exemple. L’étude d'Edelman rappelle ainsi que les consommateurs sont désormais plus nombreux à vouloir conduire une voiture hybride qu’une voiture de luxe. Et ce chiffre dépasse allègrement les 80 % dans des pays comme la France ou le Japon. "L’incidence sur l’écologie des NTIC n’est pas directement perçue", souligne Pascale Garnier."Alors que pour l’automobile l’impact environnemental est direct, on va à la pompe toutes les semaines". Résultat, les marques du secteur high-tech communiquent assez peu sur le sujet. Un paradoxe quand on sait l’implication des nouvelles technologies dans l’environnement ou le rapprochement communautaire.
Des initiatives dont on parle peu
"Il y a beaucoup d’initiatives, mais on en parle assez peu", confirme Pascale Garnier. Et de citer Apple, qui a mis en avant la production plus écologique de ses produits après avoir été pointé du doigt par GreenPeace. Rien n'est perdu cependant quand on sait que, rappelle l'étude, près de 70 % des consommateurs s'affirment prêts à changer de marque si un produit de qualité similaire supportait une bonne cause. Et ils sont presque autant à faire la promotion de marques responsables auprès de leur entourage. La question du coup est d'amener les individus à se poser les mêmes questions en ce qui concerne les biens technologiques qu'ils acquièrent. L'étude a été réalisée auprès de plus de six mille consommateurs de dix pays différents.

Haut de page

1 Commentaire

La mise en avant des qualités environnementales d'un produit est une vraie problématique en effet. Même si les consommateurs sont demandeurs, les informations sont peu ou pas délivrées au consommateurs final. Comment alors peut-il faire le bon choix ?Heureusement, il y a Hop-Cube :-)

Soumis par Thomas Albisser (non vérifié) - le 23 octobre 2009 à 16h08

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas