High-Tech : la prise en compte de l'expérience utilisateur progresse

Par 15 décembre 2008 2 commentaires
Mots-clés : Smart city

Pas trop tôt ! Les fournisseurs informatiques accorderaient une importance croissante à l'identification des besoins réels et aux usages du consommateur.

La société de consulting EMA vient de rendre publique une étude intitulée "Quality of Experience : the ultimate collaboration" dont il ressort que les entreprises du secteur des nouvelles technologies sont de plus en plus attentives à l'expérience utilisateur dans la conception de leurs produits et services. 80 % des professionnels interrogés (ingénieurs, chefs de projets etc.) déclarent en effet ressentir que la qualité d'expérience (ou QoE pour "Quality of Experience) est un facteur qui devient important dans leurs organisations. "Les entreprises réalisent enfin que pour atteindre les objectifs business qu'elles se sont fixées, elles doivent impérativement apporter un soin tout particulier à l'identification des besoins réels de l'utilisateur", déclare Dennis Drogseth, le vice-président d'EMA.
Confrontation des points de vue
"Cela est indispensable pour créer des produits qui simplifient la vie du consommateur". L'étude note également qu'une prise en compte accrue de la QoE, loin de freiner l'innovation, le stimule : "Le facteur QoE ne peut être mesuré qu'en faisant collaborer des disciplines diverses. Cela requiert un dialogue effectif entre spécialistes de plusieurs technologies mais aussi managers". Or cette confrontation des points de vue est comme on le sait le meilleur moyen de faire émerger des idées neuves au sein de l'entreprise. "Ce nouveau paradigme centré vers l'utilisateur final n'est pas qu'un phénomène de mode : il permet vraiment d'améliorer la productivité de l'entreprise et donc ses bénéfices".
Amélioration de la productivité
Preuve de l'efficacité d'une telle approche du business: la moitié des sociétés déclare avoir déjà créé des équipes en charge de l'expérience utilisateur en ayant rapproché leurs personnels du secteur recherche et développement avec d'autres secteurs, comme le marketing. Un nombre à peu près égal de personnes travaillant dans ces sociétés dans un domaine autre que celui de la R&D disent avoir discuté avec des derniers pour être mis au courant de leur environnement technique. De manière générale, 40 % des sociétés ayant intégré le facteur QoE à leur processus de conception déclarent regretter de ne pas l'avoir fait plus tôt.

Haut de page

2 Commentaires

Une évolution qui semble vraiment aller dans le bon sens mais qui risque de prendre du temps. Les décideurs des industries high-tech sont souvent experts en business ou en technologie. Pour que l’expérience utilisateur soit prise en compte ils doivent accepter d'intégrer la part d’irrationnel que représentent les sciences humaines dans leurs réflexions.

Soumis par David Serrault (non vérifié) - le 15 décembre 2008 à 16h27

Les Sciences Humaines sont de moins en moins irrationnelles en ce qui concerne l'expérience digitale.

En effet, si la très grande majorité des acteurs professionnels de ce domaine adoptent des techniques d'utilisabilité, d'autres, beaucoup moins nombreux utilisent des techniques de Sciences Comportementales permettant d'objectiver les comportements.

De nombreuses sociétés travaillent avec mon équipe parce qu'elles ont des résultats business concrets et que l'on apporte une objectivité tout au long du projet.

Soumis par Marc Van Rymenant (non vérifié) - le 23 décembre 2008 à 01h08

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas