A Hong-Kong et Shenzhen, la crise décourage les entrepreneurs

Par 19 janvier 2010
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

La création d'entreprises, notamment high-tech, a souffert de la récession dans ces deux villes. Les populations locales hésitent désormais à se lancer dans la création de start-up.

Les populations locales de Hong-Kong et de Shenzhen, connues pour leur dynamisme - notamment en matière de création d’entreprises high-tech - ont été découragées par la récession économique. Résultat : elles hésitent désormais à entreprendre. C’est le constat que dresse l’université chinoise de Hong-Kong dans la dernière étude qu’elle a conduite sur cette question. Plus des deux tiers des personnes interrogées lors de la précédente étude, en 2007, considéraient que la création d’entreprise représentait une opportunité de carrière désirable et hautement respectable. En 2009, ce chiffre est tombé aux alentours de 50 %.
Plus qu’une personne sur cinq se sent capable de créer sa propre start-up
Plus impressionnant encore, le nombre de personnes se sentant capables de créer une entreprise, compte tenu de ses aptitudes ou de ses expériences, a considérablement chuté",explique Hugh Thomas, de l’Université de Hong-Kong. "Cela concernait un Hongkongais sur trois il y a deux ans, et cela ne concerne plus qu’un sur cinq aujourd’hui",précise-t-il. Plus largement, les populations locales sont beaucoup plus pessimistes qu’elles ne l’étaient avant la récession.
Le pessimisme gagne du terrain en matière économique
Plus de 80 % pensaient en 2007 que l’avenir apporterait son lot d’opportunités professionnelles. Contre moins de 15 % aujourd’hui. Et les personnes qui franchissaient le pas pour créer leur propre start-up en investissant dans un projet innovant (une personne sur dix en 2007) ne sont plus que 2,5 %. A noter que le niveau d’entrepreneuriat sur l’ensemble de la Chine est resté élevé sur la période considérée, et a même continué à augmenter. Faisant des villes de Hong-Kong et de Shenzhen presque des cas à part.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas