Le HTML devient plus qu'un code pour les moteurs de recherche

Par 26 mai 2009
Mots-clés : Smart city, Europe

Avec le RDFa, les systèmes d'indexation comprennent les pages web et sont à même de proposer des services complémentaires.

Pour lancer son service de "snippets riches", Google a adopté une syntaxe développée par le centre d'informatique et de mathématiques des Pays-Bas (CWI), RDFa. Cette extension de RDF (Resource Description Framework) rend le langage HTML accessible aux navigateurs, moteurs de recherche et applications Internet. C'est une fonction sémantique qui offre la possibilité de croiser les données entre deux sites.
Un balisage automatique
Le RDFa ajoute une fine couche de marqueur à la page qui rend ses informations compréhensibles aux machines en plus des personnes physiques. D'un point de vue technique, le langage RDFa est traduit une première fois en XHTML. Les documents ainsi traduits emportent des balises (markup) RDFa qui sont réutilisées dans le code lorsque le document est modifié. Par exemple, si un moteur de recherche indexe une page qui concerne un événement comme une conférence, il va offrir des fonctions comme : ajouter au calendrier, rechercher des pages similaires.
Des usages commerciaux
Mais aussi afficher sur des pages indépendantes, trouver un hôtel ou un vol pour s'y rendre... Présenté comme une solution effective de Web sémantique, ses développeurs le définissent comme "une feuille de style des contenus" à l'instar des CSS pour les sites Internet. Lancé en 2008, ce système est déjà utilisé par des gouvernements (États-Unis, Angleterre) et des entreprises commerciales comme Yahoo ! Preuve qu'une telle solution suscite l'intérêt :. Les réponses filtrées sont enrichies de données supplémentaires qui se superposent aux résultats de la recherche eux-mêmes.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas