Le HTML remis en question par un brevet américain

Par 24 septembre 2003

Le World Wide Web Consortium (W3C) a décidé d’intervenir dans l’affaire judiciaire qui oppose la société Eolas à Microsoft qu’elle accuse d’avoir violé l’un de ses brevets. Et la justice semble ...

Le World Wide Web Consortium (W3C) a décidé d’intervenir dans l’affaire judiciaire qui oppose la société Eolas à Microsoft qu’elle accuse d’avoir violé l’un de ses brevets. Et la justice semble donner raison à Eolas, puisque Microsoft a été condamné à verser 521 millions de dollars de dollars pour avoir intégré à son navigateur Internet Explorer une technologie permettant d’y insérer des plug-in et des applets.

Or, Eolas aurait breveté ce procédé au début des années 90 aux Etats-Unis. Mais l’affaire pourrait prendre une toute autre ampleur, puisque d’autres industriels, comme Macromedia et Sun Microsystems, utilisent des technologies qui dépendent d’Internet Explorer et de sa faculté à développer des Plug-ins. Cette nouvelle donne a poussé le W3C à envisager des mesures radicales, parlant même de modifier le langage HTML sur lequel repose tous les navigateurs du marché.

W3C redoute par ailleurs que les balises « object » et « embed », bases du HTML, soient également protégées par le brevet d’Eolas. Il pourrait donc tenter de trouver une technologie plus ancienne pour rendre caduc le brevet d’Eolas, ou mette en place une solution technique précisant que, pour utiliser les balises en question, il faut contacter le détenteur du brevet.

(Atelier groupe BNP Paribas – 24/09/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas