IBM active un supercalculateur de 8,9 teraflops dédié au contrôle de la qualité des sols

Par 17 février 2004

Malgré l'avancée des systèmes de calculs décentralisés au sein des entreprises – à l'instar du Grid Computing – les supercalculateurs ont encore de beaux jours devant eux. Comme celui du...

Malgré l’avancée des systèmes de calculs décentralisés au sein des entreprises – à l’instar du Grid Computing – les supercalculateurs ont encore de beaux jours devant eux. Comme celui du fabricant Nec, situé au Japon, d’une puissance de 41 teraflops, capable de réaliser ainsi 41 milliers de milliards de calculs à la seconde afin d’anticiper la météo ! En Europe, c’est IBM qui vient de lancer le supercalculateur le plus puissant du continent (8,9 teraflops). Cette machine titanesque a été conçue pour le centre de recherche de Jülich (Allemagne), institut scientifique européen pluridisciplinaire, spécialisé notamment pour les questions relatives à l’environnement et aux sciences de la vie. Son but est de calculer la diffusion de matériaux nocifs dans les sols. Avec ce supercalculateur, IBM conquiert la palme européenne du calculateur de plus puissant, distançant l’AlphaServeur que le constructeur informatique Hewlett-Packard avait mis en place pour le Commissariat à l’Energie Atomique en France. Pour en savoir plus : www.top500.org  (Atelier groupe BNP Paribas – 17/02/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas