IBM Connect : les réseaux sociaux internes poussent à la collaboration augmentée

Par 30 janvier 2013 Laisser un commentaire
réseaux sociaux internes

L'heure n'est plus au simple partage d'information et à l'amélioration de la visibilité. Plusieurs projets permettent d'en faire des plates-formes pour lever des fonds ou lancer des appels à projets.

La grande tendance, du côté des laboratoires de recherche d'IBM présents à IBM Connect ? Les réseaux sociaux internes. Les chercheurs essayent d'optimiser leur utilisation et d'aller au delà du simple partage de connaissance. La prochaine étape réside donc dans une collaboration plus poussée où les salariés vont jusqu'à partager leur travail. Ainsi, Steve Dill, chercheur au centre IBM d'Almaden (Californie) a mis en place une plate-forme qui propose aux salariés de poster des petites annonces pour des tâches quotidiennes de l'entreprise (ex: faire un powerpoint, créer une brochure...). Le principe de gamification entre alors en jeu puisque la résolution de la tâche est effectuée sur le principe de concours. En effet, la tâche est attribuée au plus offrant, que ce soit au niveau des compétences et connaissances (le logiciel propose un profil pour chacun des inscrits) ou par rapport à la qualité du projet proposé.

Partager les tâches par le biais de la gamification

 Lorsque le salarié le plus intéressant est sélectionné et réalise la tâche, son collègue peut alors le gratifier de "bons points" sur lesquels les deux se sont préalablement mis d'accord. Vient ensuite la possibilité de faire un classement. Selon Steve Dill, "cette plate-forme incite sous toutes ses formes le salarié à participer, et pourra être d'autant plus intéressante pour lui qu'il est possible de l'adapter pour que la récompense soit pécuniaire". Autre plate-forme dont le but est le flux de travail, "1x5 Enterprise Crowfunding", présentée par Werner Geyer du laboratoire de recherche de Cambridge (Massachusetts). Celle-ci permet aux salariés, comme son nom l'indique, de proposer un projet et aux autres de le financer. 

Du crowfunding jusqu'à l'émergence de la créativité

 Ainsi, cette plate-forme a été testée sur près de 500 salariés à qui ont été allouée la somme de 100 dollars pour 30 jours. Chacun pouvait proposer un projet : ceux-ci pouvaient aller du financement pour la venue d'experts étrangers dans le cadre d'une conférence à la participation pour l'obtention d'une imprimante 3D. "Nous avons pu constater une participation particulièrement haute des salariés concernés, ainsi qu'une émergence de la créativité qui allait d'ailleurs bien au delà de la simple plate-forme", explique Werner Geyer à L'Atelier. Ainsi, il prend pour exemple l'équipe qui cherchait à acquérir l'imprimante 3D. Ceux-ci ont en effet réalisé une campagne dans leurs locaux avec des affiches, et ont même été jusqu'à placer un panneau sur leur imprimante simple avec les mots "Ce ne serait pas mieux si c'était en 3D ?", ainsi qu'un QR code avec un lien sur le site. 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas