IBM France pourrait supprimer entre 2000 et 2500 emplois

Par 18 mars 2005
Mots-clés : Smart city

Mercredi, le syndicat CFDT du groupe informatique IBM France annonçait que sa direction envisageait une suppression massive d'emplois : entre 2000 et 2500 salariés seraient...

Mercredi, le syndicat CFDT du groupe informatique IBM France annonçait que sa direction envisageait une suppression massive d'emplois : entre 2000 et 2500 salariés seraient concernés, soit 10 % des effectifs français. Selon les représentants CFDT, un "plan de sauvegarde de l'emploi" lors de la dernière réunion du CCE, le 8 mars, sans pouvoir chiffrer ses conséquences.

Le syndicat prévoit d'ores et déjà que 400 salariés partent en pré-retraite, que 400 autres quittent le groupe "volontairement", après négociation avec la direction et qu'enfin 1300 salariés soient externalisés vers LGS, filiale de Big Blue. Une situation inacceptable pour les syndicats, qui rappellent que les résultats du groupe ont été particulièrement bons ces derniers temps. A la mi-janvier, IBM avait publié au titre du quatrième trimestre 2004 un bénéfice net de 3,1 milliards de dollars, en hausse de 14 %, et un chiffre d'affaires de 27,7 milliards de dollars.

Jeudi, direction et syndicats se sont réunis en vue d'une "réunion de négociation de l'accord de méthode", prévue pour encadrer le plan de suppressions d'emplois projeté par IBM". Les syndicats craignent que le plan social ne soit mis en place très rapidement. A ce titre, ils ont demandé lors de la réunion avec la direction à ce que "les négociations ne débutent qu'après l'achèvement de la procédure d'information et de consultation réelle et sérieuse des représentants du personnel, conformément au Code du Travail".

(Atelier groupe BNP Paribas - 18/03/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas