IceWeb fait du cloud-computing au ras du bitume

Par 07 janvier 2010 1 commentaire
Mots-clés : Digital Working

La société propose un dispositif de stockage des données dans les nuages connecté localement. Un terme un peu paradoxal qui cache un serveur d'archivage doté d'une interface web modulable.

Après une phase d’externalisation tous azimuts, l’informatique dans les nuages pourrait redevenir locale. C’est la société IceWeb qui se cache derrière cette idée à première vue paradoxale. Elle propose un dispositif de stockage dans les nuages connecté localement (LCCSD*). Il s’agit en fait d’une architecture cloud modulable et destinée à fournir des services dans les nuages à l’échelle de l’entreprise, qu’il s’agisse des employés, des applications ou des partenaires. Le système peut-être connecté au réseau physique local ou étendu de l’entreprise. "Comme le système est décrit, cela ressemble à une boîte tout en un pour faire du stockage de données et d’applications", explique à L’Atelier Guillaume Plouin, responsable du cloud computing chez Octo technology.
Une interface utilisateur pour configurer le dispositif
LCCSD contient un système d’exploitation, un module de stockage et différents adaptateurs réseaux. Ils servent à contrôler le stockage des données, les requêtes d’accès aux informations et leur partage à travers le cloud. Le système contient également une interface utilisateur d’où il est possible d’installer et de gérer le service et ses accès. C’est depuis cette interface que le système peut être adapté aux besoins spécifiques de l’entreprise. On peut notamment le configurer pour rendre le service accessible à ses utilisateurs comme si les données étaient stockées directement dans leur environnement propre. Il est également possible de configurer un accès aux données depuis Internet aux partenaires externes de l’entreprise.
Utilisation un peu galvaudée du terme ‘cloud’
"Cela s’apparente à un serveur de stockage ou d’archivage avec une interface web", constate sans enthousiasme Guillaume Plouin. Le consultant est plutôt sceptique sur la nature dans les nuages du service proposé. "Le mot cloud est à la mode", explique-t-il. "Si ce système est situé à l’intérieur de l’entreprise, je ne vois pas vraiment en quoi cela s’apparenterait à du cloud computing". Pour lui, il s’agit peut-être de faire référence à une façon différente de stocker les données, comme les architectures très particulières développées par Google. Pour l’entreprise, c’est en tout cas une manière de bénéficier du modèle de stockage dans les nuages sans en subir les risques.
* Locally connected cloud storage device

Haut de page

1 Commentaire

Par définition si l'unité de stockage est dans les murs / sur le réseau de l'entreprise cliente, ce n'est pas du Cloud computing.
Si tel était le cas, le cloud conmputing ne serai qu'un rhabillage des vielles technologies disponibles depuis les années 80. Une interface web n'est pas une raison suffisante: tout le monde peu faire ca.
Pourquoi la distinction est-elle importante?
1 - définition: les cabinets d'analyste et observateurs du marché s'accordent sur le fait que les services et applications cloud computing sont "multi-tenant": l'infrastructure matérielle et logicielle est hébergée par un prestataire et mutualisée pour l'ensemble des clients
2 - bénéfices clients: puisque tout est mutualisé les avantages pour les clients sont:
- 1 seul code source: vous êtes toujours sur la dernière version, la plus riche et performante
- le client bénéficie des demandes d'évolution de l'ensemble de la communauté
- le coût des upgrades et de la maintenance est compris et se fait automatiquement
- les personnalisations des clients sont conservées à chaque mise à jour, sans avoir à les réécrire
- pas d'investissement de départ: vous louez un service, "à la demande": baisse du risque financier
- partage des meilleures pratiques- etc.

Soumis par Loic (non vérifié) - le 26 février 2010 à 11h15

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas