L’identifiant numérique unique peine à séduire les professionnels

Par 17 octobre 2014
clé unique

Comment les professionnels abordent-ils le concept de l’identifiant numérique unique ou BYOID ? Le Ponemon Institute a enquêté et ses conclusions montrent un outil qui a du mal à s’imposer chez les professionnels.

L’éditeur de logiciels CA Technologies et le Ponemon Institute ont voulu savoir à travers une étude comment les entreprises envisageaient le concept de l’identifiant numérique unique ou BYOID (Bring your own identity). Cet outil, permettant de s’identifier sur un site via son compte Facebook, Paypal ou Google par exemple sans avoir besoin de créer un nouveau compte à chaque fois, a pour but principal de faciliter la vie de l’internaute et de l’e-consommateur. Mais de nombreuses question demeurent notamment quant à la sécurité de tels processus d’identification. C’est en partie ce qui a motivé l’étude financée par CA Technologies auprès de 1 500 informaticiens et de 1 500 professionnels qui montre que les experts gardent effectivement des réticences à ce sujet.

Un outil qui peine à s’imposer

Ainsi, parmi les informaticiens interrogés, seuls 16 % ont développé des techniques de BYOID. 12 % chez les professionnels, qui sont par ailleurs près de la moitié à n’avoir qu’entendu parler du phénomène sans être capable de le cerner pleinement. La moitié des informaticiens ne trouve même que peu d’intérêt pour l’identifiant numérique unique. L’outil doit donc encore convaincre. Seuls 30 % des informaticiens pensent que le BYOID est efficace pour amener de nouveaux utilisateurs aux sites web. Cela dit la majorité des sondés (79 % des professionnels) semble convaincue de l’utilité du BYOID pour le e-commerce, le seul domaine dans lequel l’outil trouverait sa place pour beaucoup. Cela permettrait de rendre l’achat encore plus fluide et donc de faciliter la vie du consommateur : “Qui n’a pas déjà abandonné son panier d’achat en ligne en raison de procédures d’authentification interminables qui concluent la transaction sur le web ? Le BYOID est une solution de plus en plus populaire permettant de simplifier ces accès.” affirme  Nicolas Massé, consultant chez CA Technologies. Mais la technologie permettrait surtout de réduire les coûts pour les sites de commerce en ligne.

L’enjeu de la sécurité au cœur des préoccupations

Le e-commerce est d’ailleurs le premier domaine pour lequel le problème de la sécurité se pose. Un identifiant unique pour tous les sites d’achat est considéré comme une porte grande ouverte aux hackers s’ils s’en emparent. Reste que cela peut aussi être un moyen d'empêcher les fraudes. Une caractéristique qui est ainsi un facteur clé de l’adoption du BYOID pour 56 % des informaticiens interrogés dans le monde. Pour eux l’identifiant numérique unique serait un moyen de s’assurer de l’identité réelle des utilisateurs : s’inscrire avec son compte Facebook ou Paypal rend plus compliquée la création de faux comptes. C’est l’argument qui convainc 77 % des informaticiens français selon l’étude. La sécurité reste donc bien un des enjeux majeurs qui déterminera le futur du BYOID. Les initiatives pour améliorer la sécurité des identifiants numériques se multiplient d’ailleurs : certains veulent développer des clés physiques tandis que l’usage de l’empreinte digitale semble se généraliser. Cependant, le BYOID pose la question plus globale de la vitesse liée aux nouvelles technologies. “La moindre latence dans le processus d’accès à l’application devient intolérable pour l’utilisateur.” selon Nicolas Massé. Les internautes seraient-ils devenu à tel point ivres de rapidité qu’ils seraient prêts à adopter un identifiant numérique unique, peut-être au détriment de la sécurité ?

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas