Pour l'identification de produits, le mieux est de s'en remettre à l'internaute

Par 30 octobre 2012 Laisser un commentaire
crowdsend

CrowdSend propose aux individus d'identifier la provenance d'un produit présent sur une photographie, et d'indiquer où il est possible de l'acheter. Une initiative qui profite également aux marques.

Avec la multiplication des images publiées en ligne, difficile de toujours garder le contrôle sur le contenu. Un constat valable pour les individus mais aussi pour les marques. De nombreuses images affichant leurs produits (habillement, voitures, etc.) se retrouvent ainsi dispersées sur la Toile. Représentant autant d'occasions manquées de communiquer, puisque souvent, l'origine des objets affichés n'est pas indiquée. Comment y remédier ? En passant non pas par une armada de communicants chargés d'indiquer sous une image l'origine des produits, mais par les internautes eux-mêmes. Dans cette veine, l'australienne CrowdSend a ainsi mis au point un système qui permet aux internautes de télécharger une image vue sur le web, et d'indiquer des informations sur les objets qui s'y trouvent. Par exemple s'il s'agit d'une photo sur laquelle un individu porte une paire de jeans, il peut indiquer la marque, le prix, et l'endroit où l'on peut l'acheter.

Une nouvelle voie pour vendre

Au contraire, s'il se pose la question, il peut poster la photo et demander à la communauté si elle peut le renseigner. L'intérêt pour l'internaute : en savoir plus sur les produits qui l'intéressent. Et pour les marques : trouver une nouvelle voie d'accès pour communiquer et vendre. "Un outil comme Crowdsend permettra aux entreprises de savoir quels sont les produits plébiscités ou non", commente pour L'Atelier Rebecca Krief, consultante chez Kurt Salmon. Les marques ont réellement un intérêt dans cet outil dans leur stratégie de communication. Elles peuvent obtenir une publicité autoporteuse, car ce sont les utilisateurs qui partagent et diffusent le contenu. "Le site pousse à la curiosité, et à buzzer autour d’un produit surprenant, qu’ils ne parviennent pas à taguer. C’est une forme de publicité plutôt nouvelle et peu utilisée jusqu’à présent", juge Rebecca Krief.

Monétiser

Pour le moment, voilà pour ce qu'il est possible de faire. Mais à terme, le but est évidemment de monétiser. Et de faire du site un canal de vente. CrowdSend développe ainsi des partenariats avec des marques, pour récompenser en bons les internautes qui taggent et pour permettre d'ajouter un lien pour acheter l'objet. "Ainsi la marque aura un suivi en direct grâce à une analyse chiffrée de sa visibilité et de son retour sur investissement", poursuit Rebecca Krief. "Cependant CrowdSend est un réseau très récent. Nous n’avons pour le moment aucun recul sur son fonctionnement et les chiffres avancés sur leur site (plus de 100 000 marques disponibles, 75 partenaires publicitaires...) ne peuvent être vérifiés", conclut la consultante.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas