iGrid veut proposer l'autonomie énergétique aux PME

Par 17 juillet 2009
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

Le projet australien déploie des réseaux qui rassemblent plusieurs sources d'énergie et redistribuent cette dernière selon la localisation des utilisateurs. Il propose désormais aux entreprises de devenir productrices et bénéficiaires du système.

Chaque ville peut générer et partager elle-même l'énergie dont elle a besoin. C'est ce vers quoi tend le projet iGrid, qui travaille en Australie sur des réseaux qui combinent plusieurs sources d'énergie (solaire, éolien, thermique...) générées par des producteurs professionnels mais aussi particuliers. Les réseaux redistribuent ensuite celle-ci en utilisant les points de production les plus proches. Ce, grâce à des compteurs dits "intelligents" et à un centre de contrôle. Celui-ci distribue automatiquement l'électricité à l'endroit ou elle est demandée. Par exemple si un consommateur a un besoin énergétique supérieur à sa capacité de production (comme lors d'un pic), il va utiliser l'électricité produite par ses voisins et si besoin est, celle du fournisseur traditionnel. Et ce système pourrait s'étendre aux entreprises : iGrid vient de lancer un sondage à destination des petites entreprises des villes de Denmark et d'Albania.
Des énergies variées...
Le but est de voir si elles sont prêtes à intégrer le projet en leur demandant quels avantages et inconvénients elles voient dans de telles infrastructures. Le sondage interroge notamment les PME sur la possibilité d'installer leurs propres sources productrices d'énergie et de les partager sur un réseau moyenne tension avec ceux qui les entourent. Pourquoi un tel projet ? Parce que selon ses concepteurs, dont fait partie l'université de Curtin, le but est de limiter le gaspillage d'énergie provoqué par la distance entre production et consommation. En effet, l'équipe part du postulat que la distance engendre une perte importante d'énergie et participe donc à la production de gaz à effet de serre.
... et plus propres
"Ce programme doit faciliter la réduction des gaz à effet de serre en intégrant des productions d'énergies distribuées à des réseaux électriques intelligents", explique Diane Costello chercheur au Centre pour des communautés plus fortes, partenaire de iGrid. La solution se veut également économique : moins de pertes sur le réseau représente des économies pour les producteurs, qui généreront moins de déchets et auront besoin de moins de ressources pour créer de l'énergie. Les résultats du sondage seront dévoilés à Perth au mois d'octobre à l'occasion du forum IG-DE.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas