Imagina : 3DArts combine travail manuel et affichage virtuel

Par 05 février 2010

Le dispositif de modélisation mis au point par la société permet de déplacer sur un plan de travail réel des papiers qui représentent les éléments d'une maquette. Eléments qui s'affichent alors en 3D sur un écran.

"Pour les présentations de projet, il est parfois agréable de revenir au modèle traditionnel : une table, une carte, et des objets que l’on manipule",explique à L’Atelier Marc Anyo, de 3DArts à l'occasion d'Imagina*. Un principe que la société reprend, en y ajoutant de la réalité augmentée : elle propose une solution qui fait se poursuivre sur écran le travail réalisé manuellement. Le système consiste en une série de papiers contenant chacun une forme géométrique simple. Chaque forme correspond à un objet d'une maquette. Quand un intervenant pose l'une de ces feuilles sur la table, une webcam identifie la forme inscrite dessus. Les informations sont envoyées à une base de données. Le dispositif affiche ensuite en conséquence sur l'écran la modélisation en trois dimensions de l'objet auquel elle fait référence.
Le système applique les techniques de réalité augmentée aux usages professionnels
Pour déplacer les items sur la maquette virtuelle, il suffit de bouger les papiers. Et pour les faire disparaître, il faut poser son doigt sur les formes géométriques. Pour le moment, les documents manipulés ne sont que des papiers de quelques centimètres. A terme, la technologie de reconnaissance d’objet permettra d’ailleurs de délaisser les morceaux de papiers et les formes géométriques. "N’importe quel objet fera l’affaire. Ainsi, lors d’une réunion, on pourra utiliser ce système en déplaçant sur le bureau un stylo, ou un portefeuille, ou encore son téléphone portable", explique Marc Anyo. Un tel système s'adresse en priorité aux urbanistes et aux architectes.
Utile pour les projets architecturaux, ou de conservation du patrimoine
"On peut très bien imaginer la carte d’une ville, sur la table, avec, par exemple, une place de marché sur laquelle on projette de construire un bâtiment", juge le professionnel. "En glissant les papiers sur la carte, chacun peut observer simultanément sur l’écran l’application concrète de la proposition de construction". Mais on peut tout à fait envisager une utilisation en entreprise, pour la présentation de projets plus théoriques. A noter : 3DArts collabore avec une entreprise de numérisation, ATM 3D. Celle-ci se charge de modéliser sur ordinateur des bâtiments réels à partir de captures photographiques, et d’une technique qui génère des nuages de points pour la 3D.
*Le salon se présente comme le marché international de la 3D pour les professionnels. L'Atelier est partenaire de la manifestation.
Basile Segalen, envoyé spécial de L'Atelier à Monaco

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas