Imagina : tous les mobiles seront des scanners 3D

Par 06 février 2009 1 commentaire
Mots-clés : Smart city

Le français Nooméo a développé un système de numérisation 3D portable qui utilise des techniques photographiques. Il souhaite miniaturiser encore plus l'objet pour l'embarquer dans le mobile. En vue : des applications marketing, immersives...

La numérisation d’une ville ou d’un paysage requiert l’utilisation de systèmes lasers d’envergure. Pas la numérisation des objets. C’est en tout cas l’opinion de Nooméo, qui développe un dispositif de numérisation portable basé sur des techniques photographiques. Le but : simplifier la numérisation 3D et l’ouvrir au plus grand nombre. "Ce que nous voulons, c’est apporter la numérisation 3D là où elle n’est pas encore accessible", explique Vincent Lemonde, président de Nooméo. D’ailleurs, le prochain objectif de Nooméo est d’éliminer l’objet physique pour intégrer son numériseur dans un simple téléphone portable. "Cette application permettra de créer soi-même des modèles en trois 3D", ajoute le responsable. Ce, non pas tant dans un but ludique que pour des applications marketing.
Numérisation 3D à domicile
Les consommateurs bénéficieront de solutions de création sur mesure à domicile. Il leur suffira de prendre en photo une partie de leur corps ou de leur visage, de la numériser et de l’envoyer au commerçant qui pourra réaliser directement un produit personnalisé. Des systèmes d’essayage sont aussi envisageables, ainsi que des applications immersives qui se basent sur le principe de réalité augmentée. "Des prestataires de services pourront scanner un objet réel et l’immerger dans un environnement virtuel - et inversement - pour voir comment il s’adapte au contexte", commente Didier Cholet, directeur marketing de la start-up. D’autres applications peuvent encore être envisagées, plus collaboratives : participation à des plans en 3D, applications pour réseaux sociaux qui utilisent le géotagging... "Nous n’en sommes pas encore là", poursuit Vincent Lemonde.
Suppression du verrou technique
"Ce qui est sûr, c’est que le fait de s’appuyer sur la photo enlève le verrou technique de la numérisation 3D, nous pouvons donc du coup nous interroger sur les usages". Pour le moment, le dispositif mis au point par Nooméo s’adresse aux secteurs industriels (contrôle qualité, prototypage...), du paramédical, de la création sur-mesure en boutique et du culturel (numérisation de statues...). Techniquement, il fonctionne comme un appareil photo. L’utilisateur prend des clichés de l’objet qu’il souhaite numériser sous tous ses angles. Il les télécharge ensuite sur un PC. Pour que le modèle se reconstitue, il doit rapprocher les éléments identiques de l’objet selon les vues. Le dernier recalage des nuages de points et le traitement de l’image se fait ensuite sur un logiciel de traitement. Le système est compatible avec les principaux logiciels. Il pèse 850 grammes. Les images peuvent être obtenues en couleur.

Haut de page

1 Commentaire

Effectivement tout le monde en rêve ...

Reste un gros problème technique ...

La photo est liée à la lumière ... et donc aux ombres qui induisent en erreurs !!! imaginez une pièce avec des profonds trou sombres

Bien sur les logiciels de traitement d'image peuvent corriger ... mais jusqu'à quel point comparé a d'autres techniques ... all

Et dans ce cas un appareil photo suffit ... pour des objets ...

Pour le corps ... c'est encore une autre histoire ... peut être que nous pourrons demander aux aéroports équipés de "scanner qui déshabille" de nous fournir des clichés ;)

Soumis par Bonob0h (non vérifié) - le 07 février 2009 à 11h25

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas